lundi 28 mars 2016

La XIV° Nuit du Livre

La Nuit du Livre est une cérémonie de remise de prix annuelle, récompensant conjointement auteurs et fabricants en maison d’édition autour des plus beaux livres de l’année.

La remise des récompenses de la 14ème édition s'est déroulée lundi dernier au Théâtre de l'Odéon qui devient le temple du livre pour quelques heures.

Un peu plus de 400 livres, concourant dans 13 catégories, ont été examinés par un jury qui s'est réunit le 4 février.

Force est de constater que la profession a démontré encore une fois combien elle réussit à marier la forme et le fond, signifiant par là que le livre papier a encore un avenir prometteur malgré la progression du numérique.




L'an dernier déjà le palmarès était de haut niveau. Celui qui a été annoncé le 21 mars 2016 n'est pas moins intéressant.

Jacques Taquoi est le responsable de la manifestation. Il a présenté la soirée en compagnie de Denis Bretin, ancien secrétaire général de l'Odéon dont on a apprécié, cette année encore, l'art de résumer les caractéristiques de chaque ouvrage primé.

Prix Littérature :
Le Dictionnaire Khazar aux éditions Le Nouvel Attila
Fabricante : Gabrielle Coze Auteur : Milorad Pavić

Il est jonché d'histoires appartenant aux archives du judaïsme, du christianisme et de l'Islam. Denis Bretin a souligné que la plupart des faits cités étaient réels et a qualifié ce dictionnaire hypertextuel de sorte d'oulipo borgésien.

Prix Livres de Poche :
Trilogie new-yorkaise, aux éditions Actes Sud
Fabricante : Mathilde Allier Auteur : Paul Auster

Le prix a été remis par Sandra Zakine, de l'association PEFC qui a tenu à préciser qu'imprimer ne détruit pas les forêts grâce à la certification. Il est tout à fait possible de conjuguer la consommation de papier et la gestion des ressources.

L'auteur a choisi de donner son propre nom à un des personnages de sa trilogie. Il se met donc en miroir dans un monde de coïncidences. Et fort astucieusement le fabricant a opté pour un pelliculage argent super miroir sur les gardes.

L'éditeur, Acte Sud, se dit redevable à Paul Auster du succès du livre qui a aussi fait le sien en soulignant que le manuscrit avait été refusé par 17 autres éditeurs auparavant. Comme quoi il faut persévérer.

Prix Bandes Dessinées et Mangas :
Corto sous le soleil de minuit, aux éditions Casterman
Fabricant : Stéphane Lejeune Auteur : Ruben Pellejero

700 exemplaires numérotés et signés ont été imprimés et sont tous déjà vendus. Le beau livre "se porte bien". Il faut dire que chacun est enrichi de plusieurs éléments comme un ex-libris grand format d'ne illustration. Denis Bretin sort d'une enveloppe une lettre manuscrite de Jack London (un fac-similé  évidemment mais qui semble tellement vrai). Ruben Pellejero s'est emparé des codes d'Hugo Pratt à s'y méprendre. Le dessin au trait noir est remarquablement mis en valeur. Enfin la couverture en faux cuir avec surpiqure est une invitation supplémentaire au voyage comme le serait une malle au trésor.
Prix Albums Jeunesse :
King-Kong, aux éditions Gautier Languereau
Fabricant : Virginie Vassart-Cugini Auteur : Antoine Guilloppé
Encore du noir et blanc pour le lauréat de cette catégorie qui revisite le mythe de King Kong en employant de savantes découpes laser. Les éditions Gautier Languereau avaient déjà remporté le trophée l'an dernier avec Paris s'envole qui avait recours à la même technique. Virginie Vassart-Cugini s'affirme comme "le jedi" de la découpe laser et promet que selon l'adage jamais 2 sans 3 ils comptent remonter sur la scène l'an prochain.
Prix Livres Animés :
9 mois, aux éditions Albin Michel
Fabricante : Alix Willaert Auteur : Jean-Marc Fiess
L'auteur a voulu traduire en images en 3 dimensions (des pop-up) la diversité des sentiments qui agitent les adultes pendant ces mois d'attente d'un enfant selon le même principe que le mobile qui s'agite au-dessus d'un berceau, comme si le temps était lui aussi suspendu.
Neuf scènes se déploient sur neuf double-pages parfaitement maitrisées.
Prix Beaux Livres :
Bruce Nauman, par la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain
Fabricantes : Adeline Pelletier et Géraldine Lay Auteurs : Joan Simon, Robert Storr
Prix Livres d’Art :
Nicolas de Staël, aux éditions Citadelles et Mazenod
Fabricant : Ingrid Boeringer Auteur : Guitemie Maldonado
Avec son format impressionnant de 29 sur 42 centimètres et ses 328 pages il nous permet de nous immerger dans l'oeuvre du peintre sur laquelle a travaillé sa propre petite fille. Le papier a été choisi à dessein pour générer une émotion particulière pour chacune des 320 illustrations.
Prix Livres du Patrimoine :
Les grands procès de l’histoire, aux éditions de La Martinière
Fabricant : Ombeline Canaud Auteur : Emmanuel Pierrat
Emmanuel Pierrat est avocat au Barreau de Paris. Il a eu la belle idée de composer un livre-objet autour de gravures, coupures de presse, photographies ... pièces inédites et documents de police reproduits en fac-simile rassemblés dans un coffret au marquage or.

On regarde sous un autre oeil dix-huit affaires emblématiques comme le procès de Violette Nozières, la parricide, Marie Besnard, l'empoisonneuse, Gaston Dominici, et inévitablement l'affaire Dreyfus mais aussi Omar Raddad, l'affaire Grégory, du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui, avec l'affaire Outreau. On peut consulter par exemple les factures dressées par Landru pour compter combien lui coûtait chaque victime en chouquettes et pâtisseries.

A noter que ce même auteur avait été couronné l'an dernier pour Peau d'âne, co-écrit avec Rosalie Varda-Demy, chez le même éditeur.
Prix Livres Pratiques :
Naturalité, aux éditions Alain Ducasse
Fabricant : Pierre Tachon Auteurs : Alain Ducasse, Camille Labro, Romain Meder
C'est un très bel ouvrage à la couverture réalisée selon la technique de la reliure japonaise qui est davantage un livre d'art qu'un livre de recettes. Le propos est très radical, sans fioriture. On y trouve l'essence même de la philosophie culinaire d'Alain Ducasse qui a voulu rendre hommage à ses producteurs.
Imprimé sur un papier de création, il présente l'originalité d'un aspect satiné, loin des habituelles photographies auxquelles les grands chefs nous ont habitué, ce qui ne signifie pas que les recettes soient aisées à reproduire. Jugez plutôt avec celle-ci (photo ci-dessus), de "Loup de petit bateau, palourdes de la Trinité-sur-mer, tomates".

La plupart sont expliquées de manière très poétique, mais plutôt hermétique aux néophytes. Voici par exemple celle du "Homard bleu du Cotentin, chou fumé, clémentines confites".
Mettre en avant la grande famille des choux et "rassembler le légume de la pousse à la fleur, les gros pommés d'hiver et les premières feuilles de printemps", telle est l'envie du chef pour ce plat. Fumés pour apporter légèreté et profondeur, rotis, en poudre ou à cru, chou frisé de Milan, chou de Bruxelles, feuilles et petites fleurs de chou s'accompagnent d'un homard à sauce civet, au vin rouge. des quartiers de clémentine juste snackés apportent un peu de sucre et d'acide, qui tranchent avec l'amertume du légume. Contraste et équilibre, "c'est notre plat gibier d'hiver".
N'empêche que sans chercher à devenir chef à la place du chef ce livre dégage un romantisme et un art de vivre qui en fait un ouvrage-cadeau très tentant pour un épicurien même si son prix de 150 € est élevé, à la mesure toutefois d'un plat dans un des restaurants d'Alain Ducasse.

Je ne résiste pas au plaisir de vous donner un extrait de la description du potager prolifique de Versailles, celui de la Reine qui ne figure pas sur les cartes. Et pour que vous en saisissiez totalement le sens je précise que les bonnottes sont une variété précoce de pommes de terre, spécialité de Noirmoutier.
Il est tapi derrière de vieux murs de pierres- ces mêmes murs que Louis XV fit construire pour protéger ses chères cultures des vents et des gelées. Ici, le calme règne, la nature respire. Les citronniers et l'énorme glycine embaument. Réparties sur une dizaine de buttes ourlées d'herbes folles, les bonnottes sont bientôt prêtes pour la récolte (...) Mehdi et sa petite équipe de jardiniers travaillent et testent sans cesse, patiemment et méticuleusement. Tout est pensé pour que les légumes soient les plus purs, les plus tendres, et les plus goûteux.
Prix Dictionnaires et Encyclopédies
Abécédaire Gigogne, aux éditions Milan
Auteur : Xavier Deneux Fabricante : Magalie Martin
Voilà un livre qu'il faut lire aussi avec les doigts pour en saisir l'approche sensorielle. Conçu pour les tout-petits, il a fait sensation aussi chez les adultes que j'ai vu tourner les pages avec délectation. C'est un face-à-face de lettre en volume et de mots en creux qui devrait faciliter la mémorisation de l'alphabet.
Prix Livres de Photographies :
Paradis Blanc, aux éditions Prisma
Auteur : Li Gang Fabricant : Jérôme Brotons

Jérôme Brotons a été formé à l'école des Gobelins qui est un des partenaires de la soirée et dont on sait qu'elle est depuis plus de 50 ans, l’école de référence dans les métiers de la création visuelle, de la conception de l’image à sa production. 
Le choix du grand format restitue la sensation de liberté de ces animaux vivant sur des hauts plateaux recouverts de neige ou de glace six mois par an. La couverture poudrée (photo de gauche) contribue à l'insolite de l'objet.
Prix du Livre Français :
Anselm Kiefer, aux éditions du Centre Pompidou
Auteur : sous la direction de Jean-Michel Bouhours Fabricante : Bernadette Borel-Lorie

Cette nouvelle catégorie rend hommage aux livres entièrement fabriqués en France et cette initiative est à saluer. Le livre élu cette année consacre le catalogue de la première grande rétrospective parisienne d'Anselm Kiefer depuis 1984, au Centre Pompidou. L'artiste, bien connu pour ses toiles monumentales, d'une puissance émotionnelle hors du commun y proposait une oeuvre sombre, vertigineuse et taraudée par l'histoire de l'Allemagne contemporaine.

Grand Prix du Jury :
Champs de Bataille, aux éditions Photosynthèses
Auteur : Yan Morvan Fabricantes : Dorothée Xainte et Géraldine Boilley-Hautbois
Le talent du photographe Yan Morvan est bien connu. Relié pleine toile, cet ouvrage de 600 pages présente, de Jéricho à la Lybie, une histoire apaisée des conflits à travers les photographies de lieux où la mort s'est absentée mais où les cicatrices demeurent visibles, comme après le Siège de Misrata (25 février – 15 mai 2011)
  Quant aux trophées ce sont tous des pièces uniques, réalisées par Bernard Lemoine dans son atelier Vulkain. L'artiste est tous les dimanches aux Puces de la Porte de Vanves, dans le XIV° arrondissement où je l'ai rencontré l'été dernier.

Il y vend de vieux outils et des lettres d'imprimerie avec lesquelles il imagine des oeuvres d'art.
Un cocktail suit la remise des trophées. A cette occasion les portes des salons de l'Odéon sont ouvertes pour que l'on puisse consulter les ouvrages reçus par les organisateurs. C'est l'occasion de feuilleter les livres primés, leurs trois challengers mais aussi tous les autres que le jury n'a pas retenus. Je vous présente quelques coups de coeur en complément ...
Pour les enfants, un livre en forme de demi-lune, où se déploie l'univers graphique et poétique de Rémi Courgeon. De page en page, la lune apparaît, d'abord petit croissant, jusqu'à remplir la page, brillant dans la nuit noire, pour nous raconter toujours une nouvelle facette de la nuit et de ses secrets.

J'aime beaucoup cet auteur qui est passé par l'école Estienne. En parallèle, il commence à faire de la peinture. Comme beaucoup d'autre illustrateurs (Léo Lionni, Tomi Ungerer) avant lui il a travaillé dans la publicité avant de composer des albums pour les enfants dont il écrit les textes. Aujourd'hui, il a une quinzaine d'albums à son actif, publiés chez Albin Michel, Casterman et Mango.
Dans la tête d’Albert, de Carole Chaix & Annie Agopian chez Thierry Magnier éditions nous place du point de vue d'un petit chien à l'imagination extrêmement fertile.
L'univers des palace est très inspirant pour les éditeurs. Surtout quand on croise Maxime Hoerth, le barman du Bristol Paris, qui est le premier à avoir été distingué (en 2011) comme Meilleur Ouvrier de France  dans sa profession.
La couverture cartonnée, papier glacé, tranche brillante bleue, invite à feuilleter. Les photos sont aussi sensuelles que raffinées. Avec environ 80 recettes différentes, classiques revisités ou créations originales, Maxime Hoerth met l'eau à la bouche. L'ouvrage se complète d'un glossaire, et les techniques sont expliquées. Je ne suis pas certaine de pouvoir reproduire chez moi ce Paris Lima mais il m'aura fait rêver.
Je rappelle que le concours est ouvert à tous les éditeurs, institutions et entreprises éditant des livres et que tous les membres de l’équipe éditoriale peuvent procéder à l’inscription.

Les catégories sont : Albums Jeunesse, BD-Mangas, Beaux Livres,  Littérature,  Livres d’Art, Dictionnaires/Encyclopédies, Livres Animés, Livres de Photographies, Livres de Poche, Livres du Patrimoine, Livres Pratiques, Livres français.

L’inscription en ligne a été simplifiée mais il ne faut pas oublier d'expédier dès sa parution, un exemplaire de l'ouvrage à : La Nuit du Livre®
43 rue Pierre Valette, 92240 Malakoff
+33 (0)1 80 80 12 51
Clôture des inscriptions : Lundi 16 Janvier 2017

Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue proviennent des sites des maisons d'édition. Le cliché du siège de Misrata est de Yan Morvan.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)