lundi 16 octobre 2017

Les liens invisibles de Viktor Vincent

Je ne m'attendais à rien de particulier en me rendant ce soir là à la Comédie des Champs Elysées et j'aime bien aller au spectacle sans m'être documentée à l'avance (même si je reconnais que mon comportement est à l'opposé de ce que font les lecteurs du blog, mais il faut accepter nos paradoxes). 

Je me suis amplement rattrapée ensuite parce que j'ai été subjuguée par Les liens invisibles dont la mise en scène est ultra soignée, je dirais au poil près.

Curieusement je ne connaissais pas Viktor Vincent malgré sa forte présence sur de nombreux plateaux télévisés. Et j'avais du mentalisme une image parasitée par le charlatanisme.

Cet artiste a l'art d'impliquer le public, ce qui est une des clés du succès lorsqu'on exerce dans son domaine. La salle doit régulièrement exécuter certains gestes, dans un ordre rigoureux, prononcer des phrases en choeur ... et chacun joue le jeu parce qu'on se sent en sécurité, ce qui est là aussi une autre raison du succès de son mode opératoire.

On a le sentiment qu'il a la capacité à se connecter à notre cerveau pour deviner ce qu'on pense. Et quand une salle entière a en tête le même prénom cela relève de la magie.

Ce n’est pas parce que c’est invisible que ça n’existe pas. Viktor Vincent nous le démontre plusieurs fois et j’ai retenu la leçon ... que j’appliquerai à son spectacle, en traduisant : ce n’est pas parce qu’on ne voit pas le truc qu’il n’y a pas de truc.

En tout état de cause le talent seul ne suffit pas et il y a énormément de travail même s'il ne se voit pas. Je suis sortie conquise et sans grande envie de découvrir les ficelles, même si, et c'est là une troisième force du mentaliste, il nous indique comment faire pour comprendre si on le souhaite.

Il suffirait de lire les livres qu'il a publiés pour savoir comment entraîner notre mémoire, jouer avec les statistiques, décrypter le comportement de nos interlocuteurs, définir comment notre cerveau fonctionne et comment parfois il nous trahit en faisant surgir des émotions visuelles, mais aussi dans quelle mesure ce que nous voyons n'est pas forcément la vérité parce que, il faut l'admettre, les choses n'existent que par la perception qu'on en a.

Les spectateurs qui ont été invités à monter sur scène se souviendront longtemps de la confrontation entre leur perception et ce que Viktor Vincent leur aura révélé d'eux-mêmes. Il n'y a aucun malaise à craindre parce que le spectacle est conçu comme une pièce de théâtre, dans une atmosphère historique qui s'inscrit dans la lignée de maitres comme Robert Houdin. L'artiste a l'art de mettre à l'aise avec beaucoup de respect, si bien qu'avec lui le paranormal est, disons, apprivoisé, et rendu accessible à tous les publics, y compris les enfants (à partir de 12 ans).

Les liens invisibles de Viktor Vincent
Jusqu'au 31 décembre 2017
Du mardi au samedi à 20 h 30
Le dimanche à 16 heures
A la Comédie des Champs-Elysées
15 Avenue Montaigne 75008 Paris
01.53.23.99.19

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)