mardi 2 août 2016

Le Comptoir de l'Atelier Gourmet à Granville (50)

Je l'annonçais en quittant les jardins de la villa Les Rhumbs. Nous allons déjeuner au Comptoir de l'Atelier Gourmet.

L'endroit ne paie pas de mine. Une sorte de véranda sur la gauche en arrivant sur Granville juste avant la grande descente. Mais le nom est prometteur à juste titre.

Cet atelier est bel et bien gourmet, autant que gourmand.

Le chef remplit la promesse écrite au-dessus de son fourneau : l'esprit gourmand taquine les papilles.
Il le fait avec subtilité du début à la fin du repas. La mine réjouie des habitués qui sont installés dans la salle en témoigne.

J'ai pris la formule déjeuner, au prix imbattable au regard de ce qui se pratique en région parisienne. Les intitulés sont appétissants. C'est parfois du bluff mais pas chez lui.

Comme je conduis je ne boirai pas de vin malgré la tentation d'une coupe de Moelleux de rhubarbe en provenance de la bonne maison Moine de Xertigny. Disons que je me réserve pour mon prochain séjour en Lorraine. (Je n'ai pas très longtemps à attendre).

Ici manifestement on connaît les vins. On voue même un culte aux bouchons qui viennent se lover au milieu des plantes dans une jolie composition assez fraîche.
La terrine de poissons aux asperges et poudre Marine d'Oliver Rollinger est savoureuse. Elle se laisse tartiner comme une rillette de la mer sur du pain aux graines, qui a presque un goût de gâteau, délicieux. Pas difficile de savoir d'où il vient. Le comptoir mentionne les noms de ses fournisseurs comme le patron de la Satrouille où je vous ai convié à Cherbourg. Le nom du Fournil des Matignons figure sur la grande ardoise parmi ceux de tous les fournisseurs, en toute transparence. Il est le bienvenu aussi pour saucer et rendre l'assiette comme neuve.
Je vois passer les assiettes des autres convives et tout aurait pu me faire envie.
Jusqu'au demi homard bleu,  évidemment en provenance de Chausey, voilà qui réjouirait Yves Camdeborde qui m'a mis à la bouche avec Frère de terroirs. Plus sobrement, mon plat est une spécialité de la maison qui lui a donné le nom de Granvillais. C'est un bagel au pesto et poivrons confits, fromage frais, tomates confites, crevettes bio, roquette et mozzarella.
Première originalité il est moulé en forme de roue à partir d'une pâte à chou, ce qui assure du moelleux. Et il est servi avec des petites pommes de terre grenaille. C'est nouveau pour moi, frais et nourrissant malgré tout.
Arrivent les déserts, car j'ai choisi un trio, façon peu courageuse de ne pas me fixer sur un seul. De gauche à droite je découvre un Moelleux au chocolat, à peine encore tiède, coulant au centre, avec une noix de Pecan incluse sur un fond de crème vanille. Au centre une Verrine citron vert et compote de fruits rouges. Association réussie. Enfin un mini Paris Granville, sorte de Paris Brest revisité en l'honneur de la ville dont le patron est originaire et qui a participé à construire sa réputation depuis quatre ans.
Michael a toujours eu conscience que il faut être différent pour réussir puisque l'offre est conséquente, y compris à Granville. Il ne cuisine que des produits frais. On ne trouvera pas de surgelé chez lui. Et la sélection de ses fournisseurs participe aussi au succès de la maison dont on se donne l'adresse par bouche à oreille.
Le Paris Granville est un chou qui célèbre le caramel au beurre salé que l'on aime tant dans le Cotentin. Il est fourré d'une crème épaisse et posé sur un coulis. Au final un repas très gourmand mais sans lourdeur qui va me permettre de poursuivre le programme de visites patrimoniales que j'ai entrepris dans la région.
Le Comptoir de l'Atelier Gourmet
13 Avenue Aristide Briand 50400 Granville 02 14 13 64 32
Déjeuner tous les jours en semaine, dîner du jeudi au samedi, fermé le dimanche.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés