mercredi 21 novembre 2018

Un Picasso de Jeffrey Hatcher

C'est un formidable duo que Sylvia Roux et Jean-Pierre Bouvier nous offrent sur la scène du Studio Hébertot transformée en une sorte de sous-sol où sont entassés des oeuvres d'art d'une valeur inestimable ... pour nous qui les apprécions.

Mais pour les nazis, à l'époque de la seconde guerre mondiale,  beaucoup d'entre elles étaient qualifiées d'art dégénéré et devaient être purement et simplement détruites.

Pas question évidemment de brûler des reproductions. Il est donc important de s'assurer que ce qu'on va détruire sont des oeuvres originales. Et qui mieux que l'artiste qui les a réalisées pour les authentifier ?

Telle est la mission de Mlle Fischer, adjointe au ministère de la culture, d'obtenir de Picasso de déterminer si les trois tableaux (confisqués à des fuyards) destinés à un autodafé sont bel et bien de sa main.

On se doute que ce ne sera pas une simple formalité. D'abord parce que le peintre a un caractère très fort et qu'il n'est pas disposé à obéir. Ensuite parce que la jeune femme n'est pas insensible au charisme de l'artiste et que, même si elle veut rester loyale envers son gouvernement, elle est une amatrice d'art.

On assiste à la rencontre qui par moments prend des allures de corrida. Sans avoir chorégraphié les déplacements, on a souvent cette image qui s'impose, de Picasso en toréador quand il courbe la main pour mimer comment il tracerait les traits du visage de son interlocutrice s'il en faisait le portrait.
Jean-Pierre Bouvier est un Pablo Picasso fascinant qui, sans chercher à le copier le suggère très précisément. Il suffit d'avoir en mémoire un film, une interview, pour être frappé par la puissance de l'évocation. Parfois un léger accent espagnol surgit et renforce l'impression.



Sylvia Roux est à la hauteur de son rôle. A l'inverse de son partenaire, on ne sait pas comment était cette jeune femme (si tant est qu'elle ait existé, en tout cas elle est plausible) et on pourrait croire qu'il était facile de se glisser dans sa peau. Pas du tout. Car il faut avoir un très fort caractère pour contrer un homme comme Picasso. Représenter la philosophie nazi sans se faire détester du public n'était pas une mince affaire. Il était astucieux de la vêtir de rouge. Il y a quelque chose de Carmen dans sa flamboyance.

Le face à face est captivant. Le spectateur a le sentiment que l'histoire s'écrit en direct, devant lui.

Les passionnés de peinture se régaleront tout autant parce que trois tableaux sont décortiqués et on en apprend beaucoup sur les motivations de Picasso à les peindre, de même que son oeuvre majeure de Guernica. Il raconte aussi son amitié avec Apollinaire.

Un Picasso n'est peut-être pas le titre que j'aurais retenu. Une telle qualité aurait mérité le pluriel. 
Un Picasso
De Jeffrey Hatcher
Adaptation de Véronique Kientzy
Mise en scène de Anne Bouvier
Avec Jean Pierre Bouvier et Sylvia Roux
78 bis Boulevard des Batignolles
75017 Paris
01.42.93.13.04
www.studiohebertot.com
Du 22 Novembre 2018 AU 3 Mars 2019
Le jeudi à 21h
Le vendredi et samedi à 19h
Le dimanche à 17h

Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue sont de Michael Adelo

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)