samedi 28 juillet 2012

Un burger italien en série limitée

J'ai un peu le sentiment de courir après la musique. Les J.O battent le tambour en Angleterre et je suis en train de guetter le "pop" d'un burger italien que j'associe inconsciemment ou pas ... au sport le plus populaire en Italie, le football.

A moins que ce ne soit parce que c'est le sport préféré de mon fils, qu'il ma commenté les aléas de l'Euro 2012 au mois de juin dernier et que c'est en sa compagnie que j'ai découvert ce produit.

Il a enfourné la boite sans lire le mode d'emploi au micro-ondes et je crois qu'il a tablé sur une minute. Il n'a pas attendu pour ouvrir le paquet qui, un peu brûlant, n'a pas été à la hauteur de mes espérances en la matière. La viande m'a semblé trop cuite.

On était en plein barbecue. Ce n'était qu'un en-cas de plus pour alimenter le groupe d'ados. Je comprends que la portion soit généreuse. J'ai lu 220 grammes sur l'emballage. Il faut bien nourrir la cible. Mais je rêverais de quelque chose qui soit adapté à des petits appétits ou à des estomacs qui songeraient presque à devenir végétarien.

Mes pensées choqueraient sans doute une marque qui ne produit que de la viande ... mais c'est dit. Charal si tu m'entends ...

J'ai regouté le burger aujourd'hui et mon avis sur le résultat est différent. C'est le type d'innovation dont il faut respecter le mode d'emploi. Il est prévu une cuisson de 75 secondes, pas d'une minute, ce qui serait tout de même 25% de temps supplémentaire. On préconise d'attendre une minute ensuite avant d'ouvrir, ce n'est sûrement pas par sadisme.
C'est un déjeuner complet, pour peu qu'on le serve avec une salade verte. Le pain ciabatta embaume l'origan, en accord avec la sauce au basilic. Les poivrons sont présents sans dominer et la mozarella apporte du fondant. La viande est bonne, ce qui est assez logique, et au risque de me répéter 75 secondes lui suffisent. Je pourrais m'exclamer un hum Charal gourmand comme j'en ai entendu au Salon de l'agriculture.
J'ai remarqué le système assez sophistiqué de "Grillbox" qui n'est pas à jeter n'importe comment, tri sélectif oblige. Je ne suis pas certaine que mon grand garçon sépare le film et les éléments chauffants avant de jeter la boite. A vérifier ...

En tout cas ce burger est en édition limitée. C'est écrit sur la boite, et vous ne le trouverez que jusqu'en septembre au rayon boucherie.  Il sera trop tard ensuite, j'imagine, pour le burger anglais et olympique. Dis, monsieur Charal tu nous ferais pas un burger russe pour affronter l'hiver ?

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés