Avignon 2019

Ayant vu plus d'une centaine de spectacles (entre le Festival d'Avignon, le Off et même celui qu'on appelle le If) il n'était pas possible de dédier un billet à chacun, ou sinon, pendant plus de trois mois, il n'aurait plus été question d'autre chose sur le blog.
Impossible par exemple d'attendre le 1er octobre pour publier des chroniques sur la rentrée littéraire !
J'ai décidé de rassembler tout ce qui concerne Avignon sur le mois de Juillet. Etant plus approfondis que ce que j'ai écrit régulièrement cet été sur la page Facebook A bride abattue ces articles sont très longs à écrire. Je m'aperçois en ce début de septembre, alors que je viens de mettre en ligne celui qui est daté du 14 juillet, que je prends trop de retard sur d'autres sujets dont il est important de ne pas différer davantage la parution. C'est pourquoi les chroniques avignonnaises, qui ont en quelque sorte valeur d'archive, vont désormais s'insérer rétroactivement.
Je vous invite donc à scroller régulièrement pour les lire ou à utiliser la catégorie "Avignon" pour les faire apparaître. Ou encore, et ce serait le plus efficace, à entrer votre adresse mail dans le rectangle blanc "Pour recevoir par mail ... etc".

jeudi 12 juillet 2012

La guerre des cakes n'aura plus lieu

Ma déception dans le domaine du cake fut cruciale un bel été (mais oui çà existe ... le beau temps) de 2009 quand Julie Andrieu m'a contactée pour son émission Coté Cuisine. Le but du "jeu" était de résoudre un problème avec le secours d'un chef. Celle qui m'avait été attribuée était une toque ultra renommée et je peux vous dire que j'étais joyeuse de lui soumettre ma difficulté : je ne parvenais pas à faire un cake digne de ce nom.

Les péripéties furent assez pénibles. J'en ai raconté l'essentiel dans un billet plutôt salé-sucré sur le rôle de "comédienne" auquel nous avons été plusieurs à être cantonné(e)s. Je pestais toujours depuis ce temps de ne pas avoir "la" recette de cake qui allait satisfaire mes amis.
Le 5 juillet un commentaire d'Hervé sur le blog de Dorian, notre bloggeur chef préféré, me mettait sur la piste du fameux cake au citron de Pierre Hermé. J'avais à peine décidé de me lancer dans l'aventure que le même Dorian publiait le lendemain sa recette de Tanguy lemon cake qui a ravivé mon désir. J'ai longtemps hésité et puis aujourd'hui je me suis décidée pour celui-là, tout en apportant quelques modifications parce qu'au fil des mois, à force de côtoyer des spécialistes, on finit par prendre quelques réflexes.

Je n'ai utilisé qu'une orange et un citron. Il fallait les zestes de chacun. Grâce à la microplane qui ne râpe qu'en surface j'ai pu facilement ensuite récupérer les jus des deux fruits qui m'a servi pour le sirop. Imaginant qu'il serait moins acide qu'avec du citron pur j'ai diminué la quantité de sucre à 75 grammes.

Pour la pâte j'ai choisi d'employer de la farine "normale" et ai donc ajouté un demi sachet de levure. Si j'ai bien utilisé 3 oeufs, j'ai conservé un blanc que j'ai battu en neige et incorporé à la fin, espérant gagner en hauteur et en légèreté.
Essayez et gagnez ! Le résultat fut parfait. Et me voilà désormais prête pour l'adoubement cake-chef, par Dorian bien sur au prochain pique-nique où vous êtes tous conviés dans le parc de Bercy le premier dimanche d'août.

Plat de la série Mise en bouche Appolia  couleur fleur de sel

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)