lundi 14 juillet 2014

Le village médiéval de Lautrec (Tarn)

A quinze kilomètres de Castres et Graulhet, et trente kilomètres d’Albi, la cité médiévale de Lautrec se trouve au coeur du département Tarnais. La capitale de l'ail rose, demeure une très belle cité médiévale où l'on imagine immédiatement des personnages en costume. Il ne serait pas étonnant de voir débouler un mousquetaire au détour d'une de ses rues étroites.

On aime y faire la fête. Outre la fête de l'ail ou celle du sabot et des vieux métiers, toutes deux en août, on célèbre aussi la fête du Pain et du Goût et à partir de la Saint Jean beaucoup de maisons ont un bouquet d'épis de blé pendu à leur porte en guise de protection.

On prend aussi plaisir à déambuler au petit bonheur pour découvrir les fortifications, les maisons à colombages, les halles du XVe, entrevoir les anciens silos souterrains, et grimper jusqu'au moulin à vent.
La place centrale est déserte. Il faut dire qu'il fait très chaud et que les touristes se réservent probablement pour les prochaines fêtes. Seules quelques mamies taillent la bavette là l'ombre des anciennes Halles.
En face, la rue de la Caussade.
Ici personne ne parle de calade, comme on le ferait en Provence. Pourtant la plupart des rues sont pavées de galets du Rhône ou empierrée de pierres calcaires. Et calader est bien un terme signifiant paver, empierrer.

La rue du moulin est typique de cet art. Elle grimpe jusqu'au moulin dont on devine les ailes.
Ce moulin se visite. Ses ailes claquent dans le vent, puissant sur le promontoire. C'est, dit-on signe qu'on fera beaucoup de farine.
Du haut de son piton rocheux, le Calvaire de la Salette nous offre une vue superbe sur la vallée de l'Agoût, la Montagne Noire et les Pyrénées.
La collégiale de Saint Rémy, monument historique classé du XIVe siècle,
Le sentier botanique tournicote jusqu'au sommet de la colinette. Beaucoup de plantes locales, évidemment, certaines éblouissantes d'un bleu électrique comme la sauge sarclée. La récompense est d'y apercevoir les Montagnes noires ...
... et les nombreux plans d'eau jouant à cache-cache entre les branches tourmentées d'un pin d'Alep.
Les papillons sont nombreux et déploient tranquillement leurs ailes comme des tableaux.
A la fin de la journée, une fois partis les derniers visiteurs, le gardien du moulin replie les ailes par sécurité comme on le faisait autrefois.
Les pigeons continuent leurs allers et venues. Ils étaient de précieux alliés des agriculteurs en fumantde leurs fientes les champs de pastel.
Lautrec est ceinte de hautes fortifications.
On rejoint le centre en franchissant les remparts par la porte Caussade qui débouche sur le théâtre de plein air, en bordure duquel on peut encore apercevoir les anciens silos à grains, enterrés.
Profitez de votre séjour pour aller voir la cuisinière-teinturière Françoise Carrayol dans sa Ferme au village. Vous y serez bien reçu ... même si vous ne pensez pas à dire que vous venez de ma part.
Autres billets sur le Chemin de fer touristique du Tarn, l'église de Giroussens, l'ail rose de Lautrec, le site médiéval du Castela de Saint-Sulpice-La-Pointe et sur le domaine de l'Orguennay. Il suffira de cliquer sur une image pour pouvoir lire le billet correspondant.
 
   
Merci à Thierry du Domaine de L'Orguennay de m'avoir facilité ces découvertes.
*
*   *
Je vous recommande de cliquer (doucement) sur la première photo pour activer le diaporama de l'ensemble. Je télécharge dorénavant les images en haute définition. L'opération ralentit sans doute l'affichage sur votre écran mais elle permet de les regarder ensuite "comme si vous y étiez".

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)