dimanche 13 juillet 2014

L'église de Giroussens (Tarn)

J'ai eu l'occasion à la mi-juillet de visiter l'église  de Giroussens, habituellement fermée. Elle a été bâtie à la fin du XIII° siècle par les abbés de Saint-Salvy d'Albi d'où son nom d'église Saint Salvi.

C'est Marie-Claire Rossignol qui m'a ouvert l'église et surtout qui m'a permis de monter au clocher d'où on a une vue imprenable sur le panorama, et la vallée de l'Agout.

Certes il a fallu faire preuve de témérité, enjambant des dépouilles d'oiseaux éventrés et quelques cadavres de petits animaux. La montée d'escalier est très étroite et hors de question de renoncer une fois qu'on s'est engagé.

Les clochers de la région sont caractéristiques, avec une sorte de terrasse permettant aux sonneurs d'officier.

On y célèbre encore le Nadalet, terme occitan que l’on pourrait traduire littéralement par "Petit Noël", et qui est une très ancienne tradition méridionale, remontant au XVIème siècle, consistant à sonner quotidiennement les cloches durant les jours précédant Noël.

Cette façon de sonner les cloches se pratiquait tous les soirs à la tombée de la nuit, à partir du 17 décembre (parfois du 13 décembre, jour de la Sainte-Lucie, en certains endroits, comme c'est le cas à Giroussens) jusqu’à la veille de Noël. Chaque carillonneur sonnait en fonction du nombre de cloches qu’il avait à sa disposition, souvent deux ou trois, rarement plus. Il se faisait souvent aider par les jeunes du lieu qui se retrouvaient au clocher dans la joie et la bonne humeur.

Cette tradition, encore bien vivante jusqu’au milieu du XXème siècle, s’est peu à peu perdue et a pratiquement disparu avec l’électrification des sonneries de cloches qui a remplacé progressivement les carillonneurs. Elle a été remise à l'honneur à Giroussens.
 
On voit d'un coté la vallée de l'Agout ...
... et de l'autre le Centre de la Céramique contemporaine.
Mais l'intérieur de l'églises est lui aussi remarquable, typique, m'a-t-on dit,  des églises gothiques languedociennes.
C'est en 1638, après la naissance du Dauphin (futur Louis XIV), que le curé qui était chapelain de l’église décide de l’embellir : il place à gauche et à droite les statues de la Vierge et de Saint Joseph faites par le sculpteur albigeois Pujol qui a pris modèle sur Anne d¹Autriche et son confesseur. Elles sont en bois doré.

On dit que Louis XIII serait venu chasser dans la forêt de Giroussens. Un violent orage aurait contraint le couple royal à dormir dans la tour du château au lieu de retourner sur Paris ... si bien que Louis XIV aurait été conçu dans le village, d'où ces statues en hommage.
Les vitraux également sont de toute beauté.

Sainte Ruffine, patronne des potiers figure en bonne place. Elle vivait à Tarragone vers 299 avec sa soeur Juste et vendaient de la poterie. Sollicitées par des femmes païennes afin de fournir des vases pour la célébration des mystères de Vénus, elles refusèrent avec indignation et furent martyrisées.

On la représente toujours avec un objet d'argile et une palme comme ici sur ce tableau de 1637 peint par le hollandais Rijck Camp. Elle est très connue en Espagne.

Giroussens fut un centre de poterie très important. Les artisans vendaient leur production sous le parvis.

Autrefois près de 90 ils ne sont plus que 2 aujourd'hui mais le Centre de la Céramique Contemporaine est un important lieu d'exposition et la fête traditionnelle des potiers a toujours lieu en avril.

Et il n'y a pas une plaque de nom de rue qui ne soit émaillée.
La voûte de l’église est composée de 6 arcs en diagonale qui reposent sur des colonnettes. La clef est raccordée par une tête représentant un agneau et on voit distinctement le Y qui symbolise le blason de Giroussens.
La statue de la Vierge au raisin était autrefois promenée pour protéger de la peste.
Sainte Germaine de Pibrac, dite Sainte Germaine de Toulouse, une bergère représentée avec un mouton, la quenouille qu'elle plantait en terre pour protéger son troupeau et son tablier plein de roses qu'elle déplia devant sa belle-mère pour prouver qu'elle n'avait pas volé de pain.
Saint Roch
On remarquera la statue de Saint Salvi au-dessus du portail extérieur.

Autres billets sur le Chemin de fer touristique du Tarn, l'église de Giroussens, le village de Lautrec, le site médiéval du Castela de Saint-Sulpice-La-Pointe et sur le domaine de l'Orguennay. Il suffira de cliquer sur une image pour pouvoir lire le billet correspondant.
Merci à Thierry du Domaine de l'Orguennay de m'avoir facilité ces découvertes.
*
*   *
Je vous recommande de cliquer (doucement) sur la première photo pour activer le diaporama de l'ensemble. Je télécharge dorénavant les images en haute définition. L'opération ralentit sans doute l'affichage sur votre écran mais elle permet de les regarder ensuite "comme si vous y étiez".

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés