samedi 3 mai 2008

NANCY en Mai : relâche à l'Opéra

Chronique nancéenne numéro 3 : Laissons le barbier à Séville

Il y a un match de football ce soir au Stade Marcel Picot. Strasbourg versus Nancy. Le moins que je puisse dire c'est que le ballon rond ne m'attire pas. Mais je ne vais pas empêcher les autres d'y trouver leur bonheur. Qu'à cela ne tienne j'y vois l'occasion de m'offrir un spectacle de qualité à l'Opéra de Lorraine.

Et avec un peu de chance je vais même bénéficier d'un billet soldé au dernier moment à un prix que je n'ose vous dire ... en tout cas BIEN moins, VRAIMENT moins cher qu'une entrée au stade. Et on dit que la culture est élitiste !!!!!!

Le communiqué de presse promettait :

Un entremetteur factotum, des sérénades, des billets doux échangés en secret…
Le temps presse, il faut empêcher à tout prix le vieux docteur d’épouser sa pupille.
Alors la comédie avance au rythme effréné des stratagèmes, des déguisements, des coups de théâtre…
Et puisque le bon sens a toujours le dernier mot, la jeune fille mal gardée finit par épouser le jeune homme qu’elle aime.


Je veux bien le croire parce que ce soir c'était relâche. C'est bien ma veine ...

Nancy, par contre, vit avec une chance insensée. Les cris des supporters retentissent jusqu'au jardin d'eau. Trois à zéro. Cela leur permet de continuer d'espérer à demeurer sur le podium de Ligue 1. Mais attention parce que ... on peut tout de même pas gagner tout le temps, non ?

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés