lundi 16 septembre 2013

Le majordome de Lee Daniels, en avant première pour Paysages de cinéastes

Le festival Paysages de cinéastes de Chatenay-Malabry présente des films en compétition de très grande qualité. c'est aussi l'occasion de découvrir d'autres longs métrages, en avant-première comme le Majordome, de Lee Daniels.
Ce film américain retrace la vie de Cecil Gaines qui fut majordome à la Maison-Blanche. Au cours d'une carrière de 34 ans, il servit sous le mandat de 7 Présidents dont les personnalités étaient contrastées.

Aucun moment superflu au cours des presque 3 heures de projection. Tout est remarquable, la façon que les scénaristes ont eu de tricoter la petite avec la grande histoire, de donner de la crédibilité à tous les personnages, et de rester au plus près de la réalité historique.

On revit les grands épisodes de l'histoire américaine et de ses tragédies. Mais c'est surtout la ségrégation et les luttes raciales qui sont percées ici. On réalise qu'on n'en connaissait qu'une partie, certes la plus affligeante comme les exactions du Ku Klux Klan.
Le jeune Cecil Gaines, en quête d'un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C'est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.
À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d'une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s'éloigne de lui et les disputes avec l'un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes.
À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l'évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l'assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des "Black Panthers", de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l'intérieur, mais aussi en père de famille…
C'est là, avec l'immense qualité d'interprétation des acteurs,  la grande force du film et on ressort bouleversé. A voir absolument !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)