mardi 23 janvier 2018

Rencontre avec un omnicuiseur

J'avais très envie de découvrir davantage les bienfaits de la cuisson avec un omnicuiseur Vitalité et j'ai été très heureuse d'avoir cette occasion en me rendant à une rencontre avec son créateur, Hervé Mélledo.

Nous avions rendez-vous dans un restaurant à vocation plutôt bio dans le quartier Saint-Georges, The Cure, dont le logo ressemble à un caducée médical ... ce qui m'a mise sous influence dès la porte franchie.

D'habitude j'y vais plutôt pour assister à une pièce de théâtre. Et j'en profite pour vous recommander l'excellent Chagrin pour soi qui est encore à l'affiche.

J'étais prête à plébisciter l'excellence nutritionnelle et gastronomique d'un appareil couronné par le prix "Nutridor" 2016. Je n'ai pourtant pas été convaincue mais ce n'est peut-être que partie remise car rien ne vaut un test en conditions réelles. Je vais disposer de l'appareil quelques semaines pour faire toutes les expériences que je souhaite. Je reviendrai alors dans ces colonnes avec mes résultats, comme je l'avais fait avec un cuiseur de riz.

Mes exigences étaient peut-être trop élevées ... ou bien me l'avait-on "survendu" à grand renfort de caution médicale, de résultats d'analyses et d'argumentation par une nutritionniste, au demeurant fort sympathique.
Manger peu salé, ou peu sucré, du cuit à l'eau sans matières grasses, c'est forcément diététique. On a beau dire, le plus déterminant reste le goût. Le meilleur appareil du monde est suspendu à ce critère. Comme il s'agit d'une cuisson quasi à la vapeur le plat est dépendant de la nature des produits utilisés. Et leur emploi est lui-même soumis à nos goûts personnels.

Je connaissais déjà cet appareil que j'avais remarqué au Festival des Influenceurs culinaires et j'avais déjà gouté cette même jardinière que celle qui nous fut présentée ce soir là. C'est une association intéressante pour démonter que l'omnicuiseur cuit le chou-fleur sans développer une odeur incommodante mais il se trouve que selon moi ce trio de légumes ne s'accorde pas à la dégustation.

De plus je n'aime pas, mais alors pas du tout, les carottes en rondelles qui me rappellent les légumes cuits à l'eau que ma mère faisait trois ou quatre fois par semaine. Elle était au régime (pour raison de santé) et toute la famille aussi, par commodité et par bonne conscience. Je ne dis pas que j'ai été malheureuse. Ma mère cultivait son jardin et sa production était savoureuse. Surtout les petits pois et les fraises. Je lui dois sans doute de n'avoir jamais souffert de problèmes de poids mais un peu de beurre (frais) apporte de la vitamine A.

On va me reprocher de pinailler mais le jus proposé en apéritif (très bon) est apporté dans un verre avec une paille en plastique.  

Pas de chance j'avais lu le jour même un appel au boycott de ce gadget peu écologique et totalement inutile quand on y réfléchit.

Le menu qui nous a été servi avait pour ambition de célébrer un moment estival alors que nous sommes en plein hiver et qu'on nous fait la leçon depuis des années : il faut manger des légumes et des fruits de saison. Là encore personne ne peut s'enthousiasmer.

Avoir choisi une soupe comme entrée était astucieux mais il m'a manqué de la saupoudrer de coriandre. Ces Moules au curry/coco, poivrons et quinori étaient un peu fades. Et pourtant je ne pose jamais de salière sur la table. J'adore les légumes mais les manger ultra nature et uniquement nature demeure une punition.
Pour suivre, du Cabillaud et carottes, jus de carottes et gingembre. Encore des carottes, mais cuites entières, dans un jus ... de carottes (obtenu avec un extracteur de jus). Certes ce légume est bien meilleur comme cela qu'en rondelles mais c'était encore de la carotte et j'aurais aimé gouter un autre accompagnement, peut-être plus étonnant à préparer en omnicuiseur comme des champignons. s'agissant de carottes, je vous les recommande aussi coupées en fuseaux. Elles sont plus savoureuses qu'en rondelles, également aussi râpées et cuites au micro-ondes.
Le poisson était parfumé par le gingembre. J'adore cet ingrédient mais il fallait vraiment l'aimer pour apprécier pleinement le plat. Il est sans doute prudent de sous doser les épices comme on me l'a appris avec le micro-ondes. Peut-être du temps de cuisson qui occasionne une infusion de longue durée. Il faut compter 40 minutes de cuisson et j'aimerais connaitre l'incidence sur la facture énergétique.
En dessert on a réchauffé un Gratin de fruits rouges et amande. Le mélange de fruits était surgelé. Le plat est déceptif pour qui a entendu pendant tout le repas vanter l'onctuosité du riz au lait (meilleur que tout ce qu'on a pu déguster auparavant dans notre vie), et le mérite du procédé de dorage aux infra-rouges qui permet de sortir une superbe et délicieuse tarte aux pommes.

Les desserts photographiés dans le livre de recettes sont splendides. Et j'aurais aimé voir un résultat réel équivalent même s'il faut s'attendre à un décalage avec ce qu'on peut réaliser dans sa cuisine.
Je conseille une feuille de menthe pour améliorer la présentation qui en l'état se situe vraiment dans l'univers du régime.

Le prix de vente de l'omnicuiseur est d'environ 1000 euros. Cela mérite réflexion avant de conclure. Cela étant il est très design, rouge, blanc ou noir, et d'un encombrement raisonnable par rapport à un cuit-vapeur. Il me semble qu'on peut faire bien plus avec lui, surtout avec la fonction dorage même si je n'ai pas compris comment elle fonctionne.
Outre l'intérêt pour la santé (sous réserve qu'on prenne des ingrédients qui le soient parce que très franchement ne me dites pas que la recette de foie gras, p. 6 du livre est diététique) il peut aussi se révéler pratique si on arrive à cuisiner un repas complet. Il faut là encore faire preuve d'astuce et de compétence culinaire. Mais cuisiner s'apprend ... et ne doit pas effrayer.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)