dimanche 27 décembre 2015

Salé sucré de Ang Lee, à découvrir en blue-ray

Puisque les festivités de fin d'année sont progressivement annulées par "sécurité" vous allez peut-être opter pour une soirée à la maison ... et si ce n'est pas le cas le 31 décembre, il y aura bien de toutes façons un jour où vous aurez envie de vous faire une toile sans sortir. C'est à cela que servent les bons DVD, même si le film que je vous propose est ressorti le 16 décembre au cinéma en version restaurée inédite.

Avec Salé sucré de Ang Lee, préparez vous à deux heures de gourmandise et d'exotisme. La cuisine, si importante dans sa filmographie, représente l'union, le bonheur, le plaisir. 
M. Chu est le plus grand chef cuisinier de Taipei. Veuf depuis seize ans, il élève seul ses trois filles : Jen, professeur de chimie à la religiosité exacerbée, Kien, séduisante businesswoman qui rêve de prendre son indépendance, et Ning, jeune étudiante qui travaille dans un fast-food. La vie de la famille Chu est réglée par ces rituels immuables que sont les repas, préparés avec une minutie extrême par le père. Renfermé et peu loquace, la cuisine est pour lui la seule façon de communiquer…
Ce film est le dernier volet de la trilogie baptisée "Father knows best" que Ang Lee a commencé sur la famille en 1992 avec Tui shou, présenté au Festival du Film de Berlin. Le réalisateur excelle dans l'art du portrait. Il a tourné celui-ci pour la première fois à Taiwan qui se trouve être l'endroit où il est né. Sa caméra observe avec tendresse des personnages en mal d’affection dont le rapport à l’autre s’effectue à travers la nourriture.

C'est une ode à l’art culinaire taïwanais, plutôt méconnu, et dont les scènes de préparation de repas, incroyables de maîtrise, ont fasciné m'a-t-on dit les plus grands cuisiniers du monde.

De plus il est présenté pour la première fois dans sa version restaurée en Haute Définition. Et l'avantage du DVD sera quadruple avec le film et trois bonus "L'essence de la vie" où Ang Lee évoque la culture traditionnelle chinoise et l'évolution de la famille au sein d'une société en pleine mutation, une analyse de James Schamus qui revient sur les différences culturelles existant sur un tournage américain et taïwanais en comparant ses expériences sur la trilogie "Father Knows Best" et bien entendu une vingtaine de minutes consacrées à un making-of.

Vous pourrez en profiter pour revoir Garçon d'honneur qui, juste avant Sucré salé, annonçait déjà le futur succès d'Ang Lee. C'est ce film qui permit au cinéaste d'accéder à la reconnaissance internationale avec un Ours d'Or à Berlin et une nomination à l'Oscar du Meilleur film étranger.

Entre choc des cultures et des générations, cette comédie de mœurs narre le mariage blanc organisé par un jeune gay pour satisfaire ses parents. C'est un film réjouissant qui aborde avec délicatesse, intelligence et humour les thèmes forts de l’homosexualité, les conflits entre générations et le choc des cultures.
Taïwanais naturalisé américain, Wei-Tong habite à New York avec son compagnon Simon. Ses parents, restés en Asie, ignorent son homosexualité et font tout pour lui trouver une femme. Simon a alors une idée : que Wei-Tong épouse Wei-Wei, sa locataire chinoise en quête d’une carte verte. C’est alors que les parents de Wei-Tong débarquent à New York pour le mariage…
Comme Salé sucré, ce film existe pour la première fois dans sa version restaurée en Haute Définition.

Salé sucré de Ang Lee
Comédie dramatique | Taïwan/États-Unis | 1994
Scénario : Wang Hui-Ling, Ang Lee et James Schamus
Avec : Lung Sihung, Yang Kuei-Mei, Wu Chien-Lien, Wang Yu-Men et Winston Chao.

Garçon d'honneur de Ang Lee
Comédie dramatique | Taïwan/États-Unis | 1993
Scénario : Neil Peng, Ang Lee et James Schamus
Avec : Gua Ah-Leh, Lung Sihung, May Chin, Winston Chao et Mitchell Lichtenstein

La musique a été composée par Mader pour l'un et l'autre et tous les deux sont sortis en Blu-ray, DVD et coffret DVD le 25 novembre 2015. Ce sont des productions Carlotta Films

On pourra enfin chercher à revoir aussi Le Secret de Brokeback Mountain que ce même réalisateur réalisa en Amérique du Nord en 2005. 

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés