mardi 14 avril 2020

Le poireau du début à la fin

Je cuis toujours les blancs avec d'autres légumes dans de l'eau bouillante pour donner du goût à la soupe. Je les retire avant de passer au moulin à légumes et je les consomme à part, en vinaigrette, ou façon  mimosa.

Quand je manque d'oignon je force sur les poireaux pour corser un bouillon.

J'avais l'autre soir fait une tarte avec le vert de quatre poireaux. Je n'avais pas pris la partie la plus verte des légumes.

Avec celle-ci j’ai préparé une huile de poireau en la mixant avec une huile neutre de type pépins de raisin puis en pressant la mixture au chinois.
Elle est merveilleuse sur une salade de tomates ou pour relever une salade pomme–endives–noix. A noter sa jolie couleur verte.

Revenons au hachis, je l’ai évidemment conservé pour l'employer séparément comme un pesto. Incomparable avec des asperges !

On peut aussi utiliser le poireau, haché, en lit dans une papillote sous un poisson, ou pour cuire des légumes rôtis au four.

Et les racines ? Certains cuisiniers les font frire, mais il faut passer un très long moment à les débarrasser de leur terre.

On peut aussi, à condition de laisser un bon centimètre de tige, les faire repousser, en plaçant le morceau dans un verre d'eau, racines vers le bas. Surprise assurée de le voir grandir assez vite.
Et voilà comment on peut utiliser le poireau du début à la fin.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)