lundi 20 avril 2009

Pain châtaignes et graines de lin, velouté assorti

Le livre 100 recettes de pains de Christel Cousin, Cécile le Hingrat et Sandra de Marin, paru aux éditions Romain Pages en 2006 est une mine. Surtout parce que les auteurs proposent systématiquement une association singulière et appétissante entre un pain et son accompagnement. Cette fois je vais à peine chercher à réinterpréter une recette. Quoique ...

D'abord le pain, avec la farine Croustichataigne du moulin de Nomexy. Là, j'avoue une première erreur : j'aurais du l'employer pure et ne pas ajouter ni sucre ni sel, car la préparation en contient déjà mais comme on recommande (page 48 du livre) 300 grammes de farine T55 pour 100 de farine de châtaigne, j'ai bêtement suivi la préconisation, ce qui a bouleversé suffisamment la proportion de sel et de sucre pour que le rendu ne soit pas parfait.
Deuxième erreur : j'ai voulu enrichir le pain avec des morceaux de châtaignes et des graines de lin. Étourdie, je n'ai pas entendu le premier bip et c'est au second que je les ai ajoutés. (Si quelqu'un pouvait m'expliquer le pourquoi des deux séries successives de bip ... ce qui ne figure dans aucun livre ni mode d'emploi ...)
Troisième erreur : ayant compris que si on voulait que les morceaux de châtaignes ne soient pas broyés il était préférable de les congeler avant ce sont donc des fruits gelés qui sont tombés sur la pâte. Or la température est primordiale pour permettre une bonne levée de la pâte.
D'où un résultat franchement vilain. Voyez que je ne vous cache rien.

Sur le plan gustatif c'était bon, mais un peu salé.
Cela "tombait" à pic puisque l'accompagnement recommandé était un velouté champignons-châtaignes :

100 grammes de champignons de Paris (sauf que j'ai pris une douzaine de cèpes déshydratés)
10 grammes de châtaignes au naturel
25 cl de lait, 50 d'eau, sel, poivre
On mixe après une demi-heure de cuisson

On saupoudre de graines de lin grillées et on sert avec une tranche du pain en question.

Et pour les passionnés d'étymologie, l'expression tomber à pic n'a rien à voir avec l'escalade mais avec une règle du jeu de Paume, qui est l'ancêtre du tennis. Un point particulier à ce jeu s'appelle la "chasse pic", lorsque la balle tombe à un endroit précis du terrain. Le fait de réaliser ce point, à certains moments décisifs de la partie, assure un avantage au joueur qui le marque. Quand la balle "tombe à pic", elle permet donc de marquer le bon point au bon moment.
*
* *
Autres recettes de pain le 3 avril (pain des écureuils gourmets et gourmands), 7 avril (banane, sirop d'érable et noix de pécan), 13 avril (garrimande, pain aux saveurs méditerranéennes), 15 avril (brioche),18 avril (pain de seigle aux noix) et 7 avril (présentation de l'appareil)
Article complet sur le moulin de Nomexy le 12 avril 2009

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)