jeudi 23 avril 2009

Quelques bâtiments sénonais et douceurs icaunaises

La ville de Sens est très ancienne. Elle a conservé des hôtels particuliers qui témoignent de la splendeur qu'elle a connu au XVI° puis au XVIII° siècle. Les guerres de religion l'avait entre temps affaiblie.

Un des monuments historiques les plus pittoresques de Sens est certainement la "Maison d'Abraham", qui s'avance comme la proue d'un navire dans la rue de la République. Ce qui a failli d'ailleurs causer sa perte en Mars 1970 quand un camion la percuta, avant qu'elle soit achetée par la ville en 1985, après avoir été longtemps un magasin, notamment de vêtements ...

Il faut savoir que le nom actuel résulte d'une erreur d'interprétation qui remonte au moins au début du XIX° siècle, car c'est l'arbre de Jessé qui a été sculpté sur le poteau cornier.

Théodore Tarbé se trompe donc en écrivant dans son histoire de France qu'il s'agissait d'Abraham.

La maison porte aussi le nom de "Maison des Quatre Vents", ce qu'explique par sa position à un carrefour.


D'autres façades de la même époque sont remarquables Grande rue. Presqu'en face de celle-ci, d'un bleu évoquant davantage des demeures d'Honfleur, se trouve la maison Depreux.

Derrière une vitrine ultra-contemporaine se cache une épicerie fine où l'on peut s'approvisionner en spécialités locales. Par exemple des bonbons feuilletés au praliné noisette, emballés individuellement dans un papier doré comme des petits lingots, connus sous le nom de buchettes sénonaises.

Ou, plus récents, ces pavés au chocolat enrobant un autre feuilleté, en souvenir de la réfection du parterre de la cathédrale.

Beaucoup de confiseries sont faites à base de noisettes, probablement parce que c'est une richesse de la toute proche forêt du Pays d'Othe.












Le toit du palais synodal est reconnaissable avec ses damiers de tuiles vernissées qui font penser aux toits des Hospices de Beaune.












En baissant les yeux on est surpris de cette toute petite fontaine que j'ai toujours connue là, pour étancher la soif de nos amis les bêtes.







Le marché couvert, récemment restauré m'attire. Mes souvenirs sont intacts. La maison Dosnon est toujours là pour présenter son pain d'épices, et j'en salive d'avance.
Pourtant, s'il a exactement le même aspect il me semble moins moelleux, et différent en bouche du souvenir que j'ai gardé. Je suis certaine qu'un ingrédient a été modifié.

Par contre ces meringues sont une découverte. Adoptées à l'unanimité ! Glissées dans une coupe avec la glace du parfum de votre choix elles ont font merveille. Ou croquées "la main dans le sac" ... lequel est vide. J'ai réussi quand même à immortaliser les trois dernières, juste à temps.

La visite de la cathédrale Saint Etienne mériterait plusieurs articles. C'est la première des cathédrales gothiques. Saint-Louis y épousa Marguerite de Provence en 1234. Y sont conservés les restes du Dauphin, fils de Louis XV, et de la Dauphine, parents des trois derniers rois de France ... Impossible de tout montrer. Je retiendrai juste cette fois le Mausolée du Cardinal du Perron et de son frère, dans un "pur" style baroque XIX° :
En gros plan, cela change tout !

Depreux Epicerie Fine, 115 Grande Rue, 89100 Sens, 03 86 65 10 40
Maison Dosnon, apiculteur producteur, 10 rue du Collège, 89500 Villeneuve-sur-Yonne, 03 86 87 17 64

1 commentaire:

Maxime a dit…

Bonjour Marie-Claire
Félicitations et bonne continuation.

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)