samedi 21 février 2015

Petits meurtres à l'étouffée de Noël Balen et Vanessa Barrot chez Fayard

J'ai reçu ce livre d'une de mes amies qui apprécie autant les billets culinaires que les articles culturels. Cette chronique devrait donc satisfaire toutes les audiences. Les éditions Fayard ont intitulé la série "Collection Crimes Gourmands", en confiant à Noël Balen et Vanessa Barrot le soin de créer des romans qui se passent de près ou de loin en cuisine.

Je viens de terminer Petits meurtres à l'étouffée qui m'a replongée dans l'univers des bouillons lyonnais.
Laure Grenadier, rédactrice en chef du magazine Plaisirs de table, part en reportage avec son photographe Paco Alvarez pour dresser l'inventaire des bouchons lyonnais. Au cœur de la capitale des Gaules, tous deux envisagent de rendre hommage aux acteurs de l'excellence gastronomique : chefs illustres, adresses confidentielles, producteurs locaux...
Tout bascule lorsque le propriétaire d'un restaurant typique de la célèbre rue Saint-Jean est retrouvé assassiné au petit matin. La ville est en émoi et un vent de panique souffle sur les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse quand, le lendemain, le tenancier d'un bouchon historique de la rue Mercière est à son tour tué selon le même procédé.
Laure Grenadier connaissait ces personnages et cherche à comprendre  ce qui se cache derrière ces meurtres en série. Crimes crapuleux, jalousies corporatistes, vengeances sentimentales ? Elle tente de lever le voile qui masque un milieu peu enclin à se livrer.
Un polar gourmand, quelle bonne idée ! Qui se déroule à Lyon, capitale du bien manger. Pour une fois la gourmande que je suis a pu se régaler de mots et d'imagination sans prendre un gramme, ce qui ma foi commençait à s'imposer un peu parce que je me trouve dans une de ces régions où il vaut mieux ne pas venir en vacances si on compte faire diète.

Je suis tentée tous les jours par des foies ... gras, tourtes, et autres spécialités locales. Il y aurait bien la truffe qui ne soit pas calorique mais pécuniairement parlant on ne peut pas s'en nourrir quotidiennement. Je vous emmènerai dans quelques jours au marché à la truffe de Lalbenque.
Il faudra aujourd'hui vous contenter d'une tortilla de pommes de terre, avec les bons œufs bien jaunes de Jacqueline et Fernand. Nous nous en sommes régalés dans cette belle campagne quercynoise en songeant aux soupirs des enfants qui suppliaient leurs parents autrefois de leur faire cuire des pommes de terre parce qu'ils n'en pouvaient plus de manger des truffes. Ils ne connaissaient pas leur bonheur ...
Revenons au roman qui est un plaidoyer du bien et du bon manger. On se promène en salivant à travers les petites rues de Saint-Jean et les traboules, sur les pentes de Fourvière, dans le quartier de la Croix Rousse, sur les quais de Saône ou la place Bellecour … où les auteurs m'ont donné envie de revenir, leur livre à la main pour gouter quelques-unes (quelques-unes seulement car je n'ai pas l'estomac de cette Laure Grenadier).

En plus d'être sans aucun doute très rigoureux sur le plan culinaire, ce roman est un bon polar. Je n'ai pas résolu l'intrigue avant la fin. Et c'est aussi sans conteste culturel car il nous dit beaucoup de choses sur les traditions lyonnaises de la gastronomie, la naissance des bouchons, les "mères", ces femmes qui ont créé les premiers restaurants réputés,sans lesquelles un immense chef comme Paul Bocuse ne serait jamais devenu ce qu'il est.

Il est probable que ce roman sera le premier d'une série sur ma table de cuisine.

Petits meurtres à l'étouffée de Noël Balen et Vanessa Barrot, collection Crimes Gourmands, chez Fayard, 2014

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés