lundi 17 juin 2019

Trophées de la Comédie musicale 2019

La troisième édition des Trophées de la Comédie Musicale s'est déroulée ce soir au Théâtre Édouard VII ... sous le signe évident de l’humour et de la bonne humeur, ce qui n'empêchait pas le respect et la qualité d'être au rendez-vous.

La soirée s'est enchainée sans temps mort (et sans ennui, ce ne sont pas toutes les cérémonies qui peuvent s'en vanter) et nous n'avons pas vu les 3 heures passer. Je ne comprends pas qu'une chaine de télévision ne retransmette pas un moment pareil, qui est une formidable occasion de démontrer la vitalité et la variété de la comédie musicale en France. La cérémonie sera podcastée en intégralité sur Youtube d'ici quelques jours mais ce n'est pas équivalent à une retransmission en direct.

Sans doute voulez vous immédiatement savoir qui furent les "grands" gagnants en terme de nombre de récompenses. Ce furent L’Homme de Schrödinger (4 trophées) et Chicago (5 trophées, quelle revanche pour une troupe qui repartit bredouille des Globes de cristal l'an dernier et que l'on voit au complet sur la photo ci-dessous) mais ce sont au total 11 spectacles qui se sont partagés les 17 trophées.
Des extraits de chacun des spectacles en lice pour le Trophée de la comédie musicale ont ponctué la soirée, ce qui permettait de tous les honorer, quels que soit l'issue des votes :  il y eut des morceaux de Chicago (qui fut le gagnant, annoncé en clôture de la soirée), Into The Woods, Berlin Kabarett, L’Homme de Schrödinger
 avec Juliette Behar, Julien Ratel
un extrait de We will rock you
avec Doryan Ben
et Charlotte Hervieux (nominée trophée de l'artiste interprète féminine)
Alexandre Faitrouni (Trophée du second rôle masculin l'an dernier pour son rôle dans Grease – Le musical) fut un maître de cérémonie chaleureux, souvent taquin avec le public (l'incitant à participer) ou avec les musiciens (ah la séquence "roulements de tambour et tout et tout" restera culte ....). Il s'est inspiré des costumes qui lui ont été imposés tout au long de sa carrière pour apparaitre régulièrement -et sans peur du ridicule, ce qui fait son charme- dans un des personnages qu’il a joué ou dans un costume emprunté à une célébrité comme celui d'Igor, fidèle serviteur des Frankenstein, le manteau de Peau d'Ane, la robe de chambre de Ebenezer Scrooge, personnage du conte Un chant de Noël, la tenue de Madonna imaginée par jean-Paul Gaultier ...

Ce fut d'abord en Coco Lapin qu'il démarra la soirée aux cotés de Cloé Horry (les Funambules) et Alyzée Lalande (Grease).
Très vite le premier tableau fit l'unanimité avec un medley autour de Hair, dans lequel nus retrouvons Aquarius et Let the Sun Shine. Cette célèbre comédie musicale a été écrite par Gerome Ragni et James Rado, et dont la musique fut composée par Galt McDermot. Montée à Broadway en 1967, elle fit dès 1968 un triomphe phénoménal en Grande-Bretagne. Les producteurs décident d'en faire une adaptation française qui fête cette année son cinquantième anniversaire ... dont curieusement personne dans la salle ne réussissait à donner la date de création ... le 30 mai 69 au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Nous en connaissons pourtant tous les principaux airs (que l'on a fredonné dans la salle ce soir) mais nous ignorons les grandes lignes du scénario. C'est l'histoire d'un jeune fermier de l'Oklahoma, qui quitte son ranch pour rejoindre l'armée pour se battre au Viêt-Nam. Avant de se faire enrôler, il visite New York où il rencontre une communauté de hippies qui lutte contre la guerre … Le petit groupe initie Claude Bukowski à la drogue. Mais à la fin, Claude finit par les abandonner, et rejoint une base militaire du Nevada... La morale est sauve puisque Claude est un patriote offrant sa vie à la patrie, mais l'histoire ne dit pas si Claude en reviendra vivant...

Julien Clerc (en alternance avec Gerard Lenorman) interpréta le rôle principal de Claude Bukowski, qui leur valut un énorme succès.

Commencer avec cet hommage aux années 70 plaçait la soirée sous de bonnes augures. Sofia Mountassir (Priscilla la comédie musicale) pouvait remettre le premier trophée, celui de la Comédie Musicale Jeune Public à ex aequo : La Cigale sans la Fourmi et Jules Verne (Etaient nommés :  La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge – Jazzy Poppins – Tatie Jambon).
Cela faisait beaucoup d'artistes sur la scène. Alexandre Faitrouni ne savait à qui remettre l'objet jusqu'à ce qu'un second trophée surgit des coulisses. L'équipe de la Cigale sans la Fourmi qui inventa une nouvelle morale à cette fable , l'union fait la force, rappela que le spectacle jeune public était une vraie comédie musicale et que le plus beau des compliments venait de la part des parents lorsqu'ils appréciaient (aussi) le spectacle. La productrice de Jules Verne en profita pour dire que ce type de spectacle prépare les spectateurs de demain et a donné rendez-vous à la rentrée.

La cigale sans la fourmi recevra aussi 

Trophée du livret de Comédie Musicale : Éric Chantelauze & Samuel Sené • L’Homme de Schrödinger
(Etaient nommés :  Marie-Charlotte Leclaire et Hervé Devolder • La Grande Petite Mireille – Stephan Druet • Berlin Kabarett – Antoine Guillaume • Vous avez dit Broadway ? - Gaétan Borg et Stéphane Laporte • La Cigale sans la Fourmi)
Samuel Sené, venu prendre le trophée, rappela que le spectacle, qu'on peut aimer ou pas, pourvu qu'on le voit, sera joué cet été en Avignon (au Théâtre des Corps saints, à 20 h 45) avant de promettre de s'atteler à un troisième projet avec son compère pour espérer remporter l'an prochain un troisième trophée. Ils avaient déjà remporté ce même trophée avec Comédiens ! l'an dernier (4 au total).
Il reviendra un peu plus tard pour recevoir le Trophée de la Mise en scène de Comédie Musicale (remis Virginie Lemoine et Marie-Agnès Gillot toutes deux au top de leur forme et qui ont formé un duo très drôle) à Samuel Sené • L’Homme de Schrödinger
(Etaient nommés :  Marina Pangos • La Cigale sans la Fourmi – Hervé Devolder • La Grande Petite Mireille – Olivier Bénézech • Into the Woods – Raphaël Callandreau • Le Malade Imaginaire en La Majeur)

Ses complices Éric Chantelauze & Raphaël Bancou avaient été honoré quelques minutes auparavant pour le Trophée de la Partition de Comédie Musicale pour L’Homme de Schrödinger, ex-aequo avec Gaétan Borg, Stéphane Laporte & Julien, l'équipe de La Cigale sans la Fourmi
(Etaient nommés : Raphaël Callandreau • Le Malade Imaginaire en La Majeur - Éric Chantelauze, Julien Mouchel, Vincent Merval, Michel Frantz & Raphaël Bancou • Un Chant de Noël - Marianne James, Valérie Bour, Sébastien Buffet & Philippe Begin • Tatie Jambon - Jonathan Kerr • Belle de Nuit, Le Musical).
Il est amusant de souligner que La cigale sans la fourmi se joue sans partition ! et qu'il est également à l'affiche en Avignon.

Trophée du Second Rôle Féminin :
Sandrine Seubille • Chicago, très émue qui nous confia : ça fait 25 ans que je travaille et c'est mon premier cadeau.
(Etaient nommés :  Dalia Constantin • Into the Woods – Cécile Dumoutier • Le Malade Imaginaire en La Majeur – June van der Esch • La Boule Rouge – Véronique Hatat • La Tour de 300 Mètres, Le Musical)

Trophée du Second Rôle Masculin :
Pierre Samuel • Chicago, le partenaire de Sandrine ...
(Etaient nommés :  Adrien Biry-Vicente • La Grande Petite Mireille – Vincent Gilliéron • La Cigale sans la Fourmi – Alexis Meriaux • La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge  – Jacques Verzier • Berlin Kabarett)

Ce sera encore Chicago qui recevra le Trophée de la Chorégraphie de Comédie Musicale pour le travail de Ann Reinking
(Etaient nommés :  Amélie Foubert • Un Chant de Noël – Raffaële Lucania • We Will Rock You – Eva Tęsiorowski • La Boule Rouge – Rodolphe Viaud • Memphis Show)

Le Trophée de la Reprise est remis à Chance !
(Etaient nommés :  Barbara Amoureuse – Cabaret Déjanté –  I Love Piaf – Piano Furioso, Opus 2)
Cette troupe cumule donc la même année avec une distinction aux Molières, dans la même catégorie. Comem quoi il ne faut pas désespérer puisque le spectacle en est à sa 7ème reprise. Ils ont fait le plaisir de chanter sans micro t sans musiciens devant la salle.
Les élèves des écoles de comédie musicale, dirigés par Samuel Sené, ont entonné un très beau medley de Notre Dame de Paris (Parolier Luc Plamondon, compositeur Richard Cocciante).
Le Trophée du Public va à Memphis Show
(Etaient nommés :  Barbara Amoureuse – Barber Shop Quartet – Berlin Kabarett – La Boule Rouge – Les Demoiselles du K-Barré – Chance ! – Chicago – La Cigale sans la Fourmi – La Folle Histoire du Petit Chaperon Rouge – Les Gogettes – La Grande Petite Mireille – L’Homme de Schrödinger – I Love Piaf – Into the woods – Jazzy Poppins – Jean Paul Gaultier Fashion Freak Show – Jules Verne – Naturya – Les Parisiennes – Piano Furioso, Opus 2 – Tatie Jambon – Viens chanter avec T’choupi – Vous avez dit Broadway ? – We Will Rock You)
C'est un trophée qui est extrêmement gratifiant et la troupe peut en être très fière. La directrice artistique salua l'implication des casinos dans ce spectacle en soulignant que Paris, on le sait, est constitué d'une majorité de provinciaux. Memphis Show est en effet un Cocktail Spectacle se produisant au Théâtre de l'Hôtel Casino Barrière de Lille.

C'est sans surprise que le Trophée de la Création Costumes va à Jean Paul Gaultier (hélas absent et non représenté) pour le  Jean Paul Gaultier Fashion Freak Show
(Etaient nommés :  Isabelle Huchet & Micki Chomicki • Un Chant de Noël – Pepa Ojanguren • Peau d’Âne – Foteini Pangos & Marion Hunerfurst • La Cigale sans la Fourmi - Lella Diaz • We Will Rock You)

Marion Préïté (Comédiens !) et Yanis Si Ah (Grease – Le musical) tous deux trophées de la révélation l'an dernier, ont remis ce trophée à Juliette Behar • L’Homme de Schrödinger pour la Révélation Féminine qui se permit de faire humoristiquement remarquer que ce spectacle est le plus challengeant de tous ceux qu'elle a fait jusqu'à présent.
(Etaient nommés :  Sabrina Belmo • Memphis Show – Ana Ka • We Will Rock You – Claudia Palleschi • La Tour de 300 Mètres, Le Musical – Rosy Pollastro • Le Malade Imaginaire en La Majeur)
et à Simon Froget-Legendre • La Boule Rouge pour la Révélation Masculine, qui avec humilité a commenté sa réussite en disant qu'on peut se révéler pour peu qu'on y soit aider.
(Etaient nommés :  Antoine Guillaume • Vous avez dit Broadway ? – Benjamin Maytraud • Memphis Show – Vincent Morisse • Un Chant de Noël – Julien Ratel • L’Homme de Schrödinger)

Le Trophée de la Scénographie de Comédie Musicale à Daniel Bianco • Peau d’Âne (hélas lui aussi absent et non représenté)
(Etaient nommés :  Isabelle Huchet, François Cabanat & Harold Simon • Un Chant de Noël – Clara Noël, Iris Yolal & Arnaud Radoux • La Boule Rouge – Nicolas Sire, Erwan Champigné & Very Content • Jules Verne - Olivier Bénézech & Grégory Leteneur • Into the Woods)
Ce sont Alyzée Lalande (Grease – Le musical) et Delphine Grandsart (Louise Weber dite la Goulue), toutes deux trophée de l'artiste féminine, ex-aequo qui ont remis ce même trophée cette année ... respectivement à
Sofia Essaïdi • Chicago (absente mais représentée et qui a voulu dire que ce rôle qu'elle a pris comme un défi était son rêve d'artiste) pour le Trophée de l’Artiste-Interprète Féminine
(Etaient nommés :  Fanny Fourquez • Chicago – Charlotte Hervieux • We Will Rock You – Marie-Charlotte Leclaire • La Grande Petite Mireille – MTatiana • I Love Piaf)
et à Doryan Ben • We Will Rock You pour le Trophée de l’Artiste-Interprète Masculin, lequel a précisé combien cette récompense était une revanche parce qu'il avait été nommé l'an dernier et n'avait rien reçu. Il finissait par se considérer comme le Meryl Streep de la comédie musicale.
(Etaient nommés :  David Eguren • La Tour de 300 Mètres, Le Musical – Jean-Luc Guizonne • Chicago – Arnaud Schmitt • Le Malade Imaginaire en La Majeur)
Le Trophée de la Revue ou Spectacle Musical revint à La Grande Petite Mireille après des roulements de tambour qui n'en finissaient pas d'en finir.
(Etaient nommés : Jean-Paul Gaultier Fashion Freak Show – Memphis Show – Vous avez dit Broadway ? - Barber Shop Quartet, Chapitre IV)
Le metteur en scène, Hervé Devolder, ne s'est pas privé de faire chanter Le petit chemin à la salle entière (revanche d'avoir dû chanter un extrait de Chance! juste avant ?). Il a rendu hommage à Marie-Charlotte Leclair d'en avoir eu l'idée ... on se demandait pourquoi, maintenant on ne se demande plus ajouta-t-elle.
Alexandre Faitrouni invita en conclusion les artistes à être fiers de leur discipline qui est exigeante et qui est une histoire de passion, qui vient du coeur, en soulignant que c'était un honneur et une fierté de faire partie de ce milieu qui est extraordinaire.

Cette conclusion, vous pouvez l'imaginer, fut chaleureusement applaudie, par une assemblée qui a bien consciente que la comédie musicale est un centre exigeant encore mal connu en France.
Le final, composé par le duo Ludovic-Alexandre Vidal et Julien Salvia (Les Aventures de Tom Sawyer) et orchestré par Loic Sebile, était un moment supplémentaire d'humour, interprété par Alexandre Faitrouni suggérant de remplacer la formule de bonne chance "merde" par "fait chier", avant de demander aux perdants de monter sur scène pour une photo de famille et de se reprendre ... non pas parce que cela allait à l'encontre de la tradition mais parce qu'ils sont trop nombreux.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)