dimanche 17 mai 2020

Le détachement de Jérémy Sebbane au Sable polaire

La lecture du Détachement m’avait troublée.

D’une part l’intrigue est écrite comme un roman policier, distillant un suspens assez fort. Ensuite Maxime travaille en cabinet ministériel et je connais bien cet univers pour y avoir passé quelques mois plutôt compliqués. Lire ses déboires m’a rappelé des souvenirs.

Il est probable que des lecteurs ont pu penser que l’auteur exagérait mais je peux garantir qu’il n’en est rien. Tout dans ce roman est plausible et c’est ce qui est peut-être dérangeant.

J’ai appris depuis que Jérémy Sebbane a été la plume de plusieurs personnalités politiques comme Manuel Valls ou Fleur Pellerin, et qu’il connaissait bien l’Elysée, ce qui ajoute de la crédibilité à ses propos. Il a été Chef de cabinet à la Mairie de Paris en charge des questions d’égalité femmes-hommes, membre de l’équipe de campagne présidentielle de François Hollande et deux fois conseiller ministériel.

Cet ouvrage s’inscrit lui aussi dans le contexte encore très proche des attentats terroristes, à l’instar du roman de Constance Rivière, Une fille sans histoire, mais différemment, et je dirais plus "littérairement" il explore le comportement d’une personnalité érotomane (elle aussi) qui se place dans une position de veuve (elle encore). Cette jeune fille, déçue par sa vie préfère s’en inventer une autre et la raconter à son meilleur ami, un jeune conseiller politique qui, confronté à la violence, à la brutalité et à la vacuité de ce milieu décide de se réfugier dans la création.

Dans ce roman à deux voix qui se déroule durant le quinquennat de François Hollande, l’auteur traite aussi bien du remplacement de l’action politique par la communication à l’ère du buzz et des chaînes d’info en continu que de l’obsession de sa génération pour les réseaux sociaux où se confondent fantasmes et réalités.

Pris entre identités contradictoires, confusion des genres, amours fantasmées, convictions interchangeables et désespérances sociales, les personnages de Jérémy Sebbane sont ceux d’une génération fatiguée de jouir moins de ce qu’elle obtient que de ce qu’elle espère.



Les personnages de Juliette et de Maxime sont en fait complémentaires. Tous deux inventent. La grande différence entre eux est que Juliette prétend que c’est la vérité.

Qui d’entre nous n’a pas souhaité à un moment ou un autre mettre de la distance avec un(e) ami(e) ou reconsidérer des engagements politiques ? Le thème du détachement se présente sous différentes formes et s’affranchit ou au contraire nourrit des sentiments de culpabilité. Car parfois la réalité rejoint la fiction.

Enfin la couverture est particulièrement réussie. On y devine une cravate qui est un symbole de conformisme, de bureaucratie, de technocratie et de phallocratie, surtout depuis les années 1980. La porter est autant un signe de distinction sociale qu'une contrainte. On peut donc considérer que le détachement est une libération et un refus de se soumettre. Je remarque qu'elle n'est pas totalement dénouée ... ce qui fait penser à cette (petite) liberté qu'on accorde aux cadres en acceptant qu'ils n'en portent plus ... un jour par semaine, le vendredi.

J'avais écrit ceci ... à la mi novembre de l'an dernier alors que je devais recevoir Jérémy Sebbane dans Entre Voix sur Needradio, pour une internes-portrait. Nous avions même convenu des choix musicaux :

Mentir de Maurane
Oui ou non d'Angèle
A l’Ammoniaque de PNL
Comment te dire adieu de Françoise Hardy (1968)
Souffrir par toi n'est pas souffrir de Julien Clerc (1975)

Sont-ce les manifestations et grèves de transport qui en furent la cause ? Y eu-t-il d'autres raisons ? L'émission n'a pas été confirmée par l'auteur et j'attendais de recevoir le livre en version papier pour terminer ma chronique dans ces colonnes à défaut de le faire sur les ondes.

Et puis ... il y eut mon séjour au Mexique, un retour compliqué presqu'immédiatement suivi de la pandémie de Coronavirus ... je me suis détachée ... jusqu'à aujourd'hui où je retrouve ma prise de notes.

Depuis plusieurs années, Jérémy Sebbane a choisi de se consacrer à l’écriture de fictions notamment pour le cinéma et la télévision. Le détachement est son second roman. Le premier, Après quoi on court est actuellement en cours d’adaptation pour le cinéma et devrait réunir une large palette de jeunes acteurs français.
Le détachement de Jérémy Sebbane au Sable polaire, en librairie depuis le 4 septembre 2019
Livre découvert dans le cadre de la Sélection 2019 des 68 premières fois

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)