samedi 5 janvier 2019

My Absolute Darling de Gabriel Tallent

Nous restons en territoire américain (après Les frères Lehman) avec un roman bouleversant, My Absolute Darling de Gabriel Tallent. l'ouvrage est très clivant. On vénère ou on déteste.

Je lui reconnais d'immenses qualités littéraires. Les descriptions des paysages d'une Californie encore sauvage sont magiques. L'histoire est haletante et on s'interroge sur l'issue finale. Le personnage de Julia est attachant. On ne lui souhaite que du bon mais ... c'est un livre très long (difficile à digérer en version numérique) dont certains passages sont d'une violence et d'une cruauté sans bornes, ce qui a rendu sa lecture à la limite de ce qui est pour moi soutenable.

C'est peut-être la raison qui m'a fait perdre ma prise de notes ... parce qu'il est nécessaire d'oublier ces mots qui dérangent tant.

La jeune fille est l'amour absolu (d'où le titre) de son père qui a de bien curieuses manières de l'élever en suivant des principes (car il semble en avoir et ne pas agir sous l'influence de pulsions incontrôlées) totalement condamnables. Il est humiliant, manipulateur, charmeur aussi ... et incestueux, également pédophile (car sa fille n'est pas sa seule victime).

Les premiers chapitres ont provoqué une grande colère. Pourquoi cette gamine surdouée (qui certes ne réussit pas à l'école mais qui se révèle d'emblée prodigieusement intelligente) ne parvient pas à s'affranchir de l'emprise de son bourreau ? Parce que précisément elle est sous emprise, comme le sont les femmes victimes de harcèlement et de violences conjugales. Et parce qu'elle aime malgré tout son père. Il suffit de s'intéresser à cette problématique pour en être convaincu.

J'ignore si la statistique est mondiale ou française mais un enfant sur cinq est victime d'inceste. Et beaucoup d'auteurs de talent (comme Andréa Bescond et Eric Métayer avec la pièce de théâtre devenue film, Les chatouilles) dénoncent le phénomène. Il est sans doute crucial d'alerter par tous les moyens possible et la littérature en est un. N'empêche que ce n'est pas dans ce type de récit que je souhaite plonger.

Julia, alias Turtle, a une carapace très solide mais elle subit des préjudices démesurés qui mettent en jeu sa survie et celle de son ami Jacob. L'ouvrage n'est supportable qu'à la condition de le considérer comme une fable, un roman d'initiation mettant en garde contre l'ogre.

My Absolute Darling de Gabriel Tallent, traduit par Laura Derajinski, chez Gallmeister, en librairie depuis le 1er mars 2018
Lu dans le cadre du Prix des Lecteurs de la Ville d'Antony (92)

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)