Avignon 2019

Ayant vu plus d'une centaine de spectacles (entre le Festival d'Avignon, le Off et même celui qu'on appelle le If) il n'était pas possible de dédier un billet à chacun, ou sinon, pendant plus de trois mois, il n'aurait plus été question d'autre chose sur le blog.
Impossible par exemple d'attendre le 1er octobre pour publier des chroniques sur la rentrée littéraire !
J'ai décidé de rassembler tout ce qui concerne Avignon sur le mois de Juillet. Etant plus approfondis que ce que j'ai écrit régulièrement cet été sur la page Facebook A bride abattue ces articles sont très longs à écrire. Je m'aperçois en ce début de septembre, alors que je viens de mettre en ligne celui qui est daté du 14 juillet, que je prends trop de retard sur d'autres sujets dont il est important de ne pas différer davantage la parution. C'est pourquoi les chroniques avignonnaises, qui ont en quelque sorte valeur d'archive, vont désormais s'insérer rétroactivement.
Je vous invite donc à scroller régulièrement pour les lire ou à utiliser la catégorie "Avignon" pour les faire apparaître. Ou encore, et ce serait le plus efficace, à entrer votre adresse mail dans le rectangle blanc "Pour recevoir par mail ... etc".

mardi 4 octobre 2011

Pierre Bergé, Le faiseur d'étoiles, par Béatrice Peyrani

La biographie est un exercice difficile. On pourrait en dire trop, au risque de noyer le lecteur, ou pas assez au risque alors de trahir le personnage. Béatrice Peyrani s'efforce de restituer avec le plus de détails possible la vie déjà très remplie de celui qu'elle surnomme le faiseur d'étoiles, en empruntant probablement cette métaphore à Alexandra David-Néel dont elle place une pensée en exergue du chapitre 3 : Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine.

Béatrice Peyrani emploie le pluriel car il concerne deux êtres d'exception, le peintre Bernard Buffet, et le grand couturier Yves Saint Laurent. Au sens figuré il pourrait signifier combien Pierre Bergé est un homme de paillettes, brillant dans les cercles intellectuels, artistiques, le monde des affaires comme celui de la presse.

Que n'a-t-il pas fait ? Outre la gestion de l'empire Saint Laurent il a été à la tête d'un théâtre, puis d'un autre, enfin d'un opéra (L'Athénée, Edouard VII, l'Opéra Bastille). Il a pris les rênes d'un journal, d'un deuxième et d'un troisième (le Globe, Tétu, le Monde). Un de ses derniers défis fut l'ouverture d'un musée consacré à Jean Cocteau à Milly-la-Forêt. Dernier en date mais sans doute pas dernier de la liste.

Il a été giscardien, mitterandien, sarkosiste, royaliste (Il a soutenu la candidature de Ségolène Royal).

Les étiquettes lui collent à la peau mais aucune ne tient. Sa biographe n'édulcore rien et dit le maximum, avec précisions, citations, abondantes notes de bas de page pour preuve de sa bonne foi et de la qualité de son travail.

Elle se laisse aller à paraphraser Louis Jouvet (il faut mettre de la vie dans son art et de l'art dans sa vie) en démontrant combien Pierre Bergé met de l'art dans ses affaires et des affaires dans l'art (p.222). Elle décode l'effet magique YSL en rappelant que détenir une robe signée Saint Laurent dans les années 80 revenait presque (tout de même ... comparaison n'est pas raison) à posséder une estampe de Matisse (p.246). Elle raconte pas à pas la vente de l'exceptionnelle collection orchestrée par Pierre Bergé pour maitriser "la fin réelle des choses" (p.338).

Il y a sans doute quelques erreurs dans la profusion des informations. Une imprécision m'a surprise (p.218) à propos de la création de Tartuffe au Théâtre de l'Athénée avec Gérard Depardieu et François Périer dont j'ignorais qu'Yves Saint Laurent avait dessiné les costumes. Il est inexact d'écrire que le projet Tartuffe ne verra pas le jour même si c'est dans un contexte différent qu'il a été mené, en 1983, par Jacques Lassalle qui assura la mise en scène pour le Théâtre national de Strasbourg avec ces deux comédiens, et Élisabeth Depardieu dans le rôle d'Elmire avant de le présenter au public parisien au Théâtre de la Ville. Une version cinématographique a été tournée en studio l'année suivante, pour les Films du Losange, et qui est à ma connaissance la seule expérience de Gérard Depardieu en tant que réalisateur.

Mais ... on a le sentiment que tout n'est pas dit. La personnalité de cet homme d'exception n'est qu'effleurée. Impossible de le reprocher à l'auteur : elle n'a pu obtenir qu'un seul et unique entretien. Son livre s'en trouve affaibli mais demeure une lecture à recommander. A accompagner néanmoins des Lettres à Yves que Pierre Bergé a publiées chez Gallimard quelques mois avant la rétrospective qu'il a organisée au Petit Palais.

Il livre ses souvenirs en naviguant de la place Dauphine à la maison de Marrakech, sans occulter les terribles années de la rue de Babylone, le studio de l'avenue Marceau, la datcha de Bénerville, en relisant Flaubert, Montaigne, Proust et Tchekov. Un complément indispensable pour apprécier le faiseur d'étoiles sous l'angle plus humain de l'émotion.

Pierre Bergé, Le faiseur d'étoiles, Béatrice Peyrani, essai, éditions Pygmalion, septembre 2011, 382 pages
Voir aussi le billet consacré à la rétrospective Saint Laurent au Petit Palais en 2010
Et à l'exposition Claude et François-Xavier Lalanne au Musée des Arts décoratifs cette même année
Sans oublier le site : Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)