vendredi 24 mai 2013

Foodiscover, une box très gourmande

(mise à jour 3 juin 2010)

J'avais rencontré l'équipe de Foodiscover au Salon Omnivore. Jusque là je ne m'étais pas particulièrement intéressée aux "box" qui se multiplient comme des petits pains dans tous les univers. Entre en entendre parler et en découvrir une en vrai la différence est de taille.

A priori je n'étais pas dans la cible, comme on dit. Il y a tant de choses à portée de main en région parisienne que je ne voyais pas l'intérêt de m'abonner à ce service dont le principe est simple. Pour une somme convenue et immuable (sauf opérations exceptionnelles) on reçoit chaque mois, par la Poste, un colis correspondant au thème annoncé par le fournisseur. Ici il s'agit de gourmandises.

L'équipe de Foodiscover compose un assortiment haut de gamme, avec 6 à 9 produits que l'on n'a pas l'habitude d'acheter spontanément, en ayant à coeur de faire découvrir des nouveautés aux adhérents et des petits producteurs, le tout en cohérence avec la saison.

J'ai reçu la Box d'avril. Par chance je me trouvais à la maison le jour de son arrivée, ce qui m'a évité l'avis dans la boite aux lettres et la queue à la Poste. Du coup le plaisir de la découverte a été vraiment très agréable.
Les biscuits roses de Reims m'ont sauté aux yeux. J'en avais envie depuis belle lurette. Vous me direz que j'aurais pu en acheter au supermarché du coin mais je n'y pensais jamais au moment de faire les courses. En trouver un paquet dans la Box était comme un clin d'oeil du destin. Et accompagné du livre de recettes -culte Marabout encore plus.

La moutarde au piment d'Espelette ne pouvait que me plaire également : j'adore les moutardes, toutes, sans exception que j'emploie surtout en condiment "au bord de l'assiette".

Celle-ci est parfaite pour toutes les viandes rouges. J'ai appris dans la Foodiscover News que l'Epicerie de Provence en proposait 13 autres qui sont comme les couleurs des pulls empilés sur une étagère. On a envie de l'une puis de l'autre et au final le choix est impossible. Disons tout de même que ail-citron et tomate séchée-basilic pourraient figurer sur ma liste, histoire d'avoir une moutarde qui s'accorde avec des poissons.

J'avais un défi à relever en imaginant une recette à base d'un gâteau Quatre-quarts. Ces mandarines à la vodka arrivaient à point. Je les ai associées à un lemon curd et à quelques rondelles d'orange confite pour créer un Savoureux aux agrumes que je vous montre ici en version simplifiée.
A propos savez-vous que le mot vodka signifie "petite eau" en russe ?

J'aurais pu accommoder les tagliatelles en suivant la recette du Chef Arnaud qui figurait sur la newsletter. Elles auraient été parfaites avec les saltimboccas de veau. Faute de temps je les ai servies avec un poulet rôti. Mais j'ai ajouté une noix de beurre et quelques feuilles de sauge puisque cette plante pousse sur mon rebord de fenêtre.
L'Epicerie Cornand est installée à Saint Etienne et c'est en référence à la spécialité de la ville au XIX° siècle, à savoir le ruban, que la maison a créé cette collection tradition autour de 35 saveurs étonnantes comme "curry de madras litchi rose". Elles ont certes un goût proche de celui des pâtes fraiches qui peut justifier l'appellation "haute couture". Par contre je n'ai pas perçu de différence de saveur entre les blanches et les vertes ...
Il y avait aussi une tisane, mais pas n'importe laquelle puisque c'est un mélange de plantes, de jus de fruits et d'eau pure. L'emballage étonnant et trendy a été dessiné pr un jeune artiste, Billie Jean. Quatre variétés existent pour le moment, portant chacune le nom d'une capitale. J'ai reçu l'In-fusion Londres qui, en associant pomme, poire, bardane, pissenlit, origan et citron vert, est placée sous le signe de la fête et de l'énergie. Je me demande si tout le monde reçoit exactement la même chose. Certains auront peut-être hérité de Berlin, Paris ou Los Angeles ...
Après l'avoir goutée pure j'ai commis un péché de gourmandise : la tentation fut trop forte de la cocktailiser avec un tiers de calvados, à cause de la pomme, de décorer le verre de quelques tranches de fruits, pomme et banane avec une cerise confite, et de placer à côté quelques petites choses à grignoter.
J'ai pris mon temps pour tester le sachet de curcuma. J'ai plusieurs variétés de ce "safran des Indes" et cet épice n'est pas une découverte pour moi. Les suggestions d'utilisation étaient cependant bienvenues parce que je n'aurais pas songé à l'associer à des pommes de terre ni à des lentilles. J'en ai donc ajouté une cuillerée à café dans l'eau de cuisson et j'ai intensifié le coté indien en ajoutant une demi étoile de badiane, quelques centimètres de gousses de vanille et un morceau de cannelle. J'ai adoré les lentilles ...
Les fleurs à croquer m'ont surprise. Je m'attendais à quelque chose qui ressemble à de la tisane ... et ce n'est pas du tout cela. On ne dirait pas des fleurs à première vue et je ne songerais pas à elles pour orner une assiette. Il est vrai qu'elles ne sont pas désagréables à croquer ... en toutes petites quantités. C'est une alternative à l'essence florale et le choix de Florisens est intéressant.

Des recettes sympathiques sont données à l'intérieur du paquet. J'ai eu l'idée d'en glisser une dans la poudre du café avant le passage de l'eau chaude. le résultat est convainquant.

La promesse de faire des découvertes culinaires a été tenue par Foodiscover qui réussit un positionnement haut de gamme avec des produits originaux et qui malgré tout s'inscrive dans une forme de tradition. La majorité des producteurs sont implantés depuis très longtemps : Fossier est implanté à Reims depuis 1756,  les Vergers de Gascogne sont dans le Gers depuis 1946, Cornand fabrique des pâtes depuis 1919.

Je mettrais un bémol sur les recettes proposées. Cela me manque de ne pas avoir une photo qui me permettrait de me faire une idée du résultat. Je trouve agaçant de devoir sortir acheter une dizaine de produits pour utiliser un de ceux que la Box contient.

Si, pour tester les fleurs d'oranger à croquer, il me faut de la queue de lotte, de la citronnelle fraiche, des oignons cébettes, de la sauce de poisson et des champignons shitaké (en admettant que j'ai dans mon placard du court bouillon et du lait de coco) cela prendra du temps car il faudra aller chez plusieurs commerçants. Je ne trouve pas tout cela tous les jours dans ma banlieue. De plus ce sont des produits chers, voire très chers.

Le gigot d'agneau au curcuma réclame 7 heures de cuisson. qui a le temps de faire çà ? Par contre je retiens l'idée de paner l'ail dans le curcuma avant de l'insérer dans la viande. Là encore on recommande un aromate peu courant comme les citrons confits.

La lecture de la recette de ceviche de gambas ne m'a pas convaincue malgré des efforts d'imagination. Ces associations sont bien curieuses. Et le mode de cuisson des saltimboccas serait facilité si on prenait la précaution de les fermer par une pique en bois.

Toutes ces recettes sont couteuses et complexes à mettre en oeuvre. Elles ne sont pas obligatoires me direz-vous.

J'ai été satisfaite de la qualité. J'ai apprécié l'originalité. J'ai adoré la surprise de la découverte du contenu. J'ai lu avec intérêt la Foodiscover News. J'ai réussi au bout d'un mois à utiliser les deux tiers des produits. Est-ce que je m'abonnerais ? Sans doute pas parce que j'ai la fâcheuse manie de thésauriser et il se pourrait bien que j'accumule les contenus successifs des Box dans l'attente de la "bonne" idée ou de la "bonne" personne à qui faire goûter. Mes étagères seraient alors assez vite surchargées d'aliments tellement originaux qu'ils n'auraient pas leur place dans les menus quotidiens.

Et pourtant j'aime les défis. Il m'arrive régulièrement de recevoir des produits auxquels je ne m'attendais pas et de trouver très vite des recettes originales et qui fonctionnent très bien. L'explication qui me semble plausible est que le contenu de cette Box, si tant est qu'on puisse juger à partir d'une expérience, est composé de produits qui n'ont pas assez de points communs, sur le plan gustatif, et qui du coup ne sont pas associables.

L'Epicerie de Provence fait une moutarde aux cèpes qui aurait pu entrer dans une sauce qui aurait accompagné les tagliatelles.

Framboises au vin de Gascogne (ou litchis au saké, ou griottes et kirsch) auraient pu s'associer aux biscuits roses Fossier pour une charlotte avec quelques boutons de rose ou des pétales d'hibiscus Florisens.

La marque a suffisamment d'ancienneté pour que vous puissiez vous forger votre propre opinion en allant voir le contenu des Box des mois derniers sur le site Internet de Foodiscover. Il est très clair, très détaillé, très lisible et rigoureusement exact. Toutes les coordonnées pour commander les produits cités y figurent aussi. 

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés