dimanche 29 mars 2020

Comment je me suis trouvée à expérimenter un Wacky Cake

J'ai cette recette sous le coude depuis décembre 2018 et je repousse régulièrement sa mise en oeuvre parce que je n'étais pas convaincue d'obtenir un résultat qui vaille le coup. Seulement voilà, nous sommes bouclés et il est assez difficile de trouver (quand on ose sortir faire quelques courses) du beurre, et surtout des oeufs.

Quant au lait, j'ai la chance d'en avoir récupéré de ma voisine mais je ne voudrais pas entamer une bouteille pour quelques centilitres.

Cette recette avait fait le buzz sur Instagram comme sur Pinterest. Il s'agit du Wacky Cake, appelé aussi Depression Cake, parce qu'il a été créé aux Etats-Unis au moment de la Grande Dépression de 1929, lorsque les ingrédients tels que le beurre, le lait ou le chocolat se faisaient rares et chers.

Ce gâteau, moelleux et fondant, a eu un regain de succès auprès des vegan parce qu'il ne réclame pas d'oeufs, mais il a aussi de bonnes qualités, surtout en période de pénurie.

Wacky cela signifie tout de même délirant et j'imagine à cause de la mise en oeuvre et de l'emploi d'un ingrédient inattendu dans un gâteau, le vinaigre d'alcool. Inhabituel pour nous européens, parce que les anglo saxons savent que le vinaigre est un acide qui "active" le bicarbonate (qui n'est rien d'autre que la levure chimique). Le mélange des deux créé du dioxyde de carbone, et ce sont ces petites bulles qui vont permettre de donner un aspect aéré à votre pâte. C'est ce qui fait d'ailleurs merveille pour faire gonfler les pancakes.
Pour ce wacky cake, farfelu mais super simple, vous devrez peser d'abord les ingrédients secs, que vous pouvez superposer dans un seul récipient :

- 210 g de farine
- 24 g de cacao en poudre (amer donc)
- 200 g de sucre
- 1 cuil. à soupe de levure
- 1 bonne pincée de sel

Une fois tout cela intimement mélangé vous ferez trois puits; deux petits et un plus important. Dans les deux premiers vous verserez respectivement 1 cuillère à soupe de vanille liquide et 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc. Dans le plus grand 7,5 cl d’huile végétale (plutôt neutre comme tournesol ou pépins de raisin). C'est cette dernière que j'ai choisie.
Puis, 24 cl d'eau sur le tout et mélangez à la maryse bien jusqu'à ce que ce soit lisse.
Vous allez remarquer que la réaction chimique fait buller la préparation.

Venez sans attendre la pâte dans un moule beurré et faire cuire pendant 35 minutes environ (il suffit de planter la pointe d'un couteau pour vérifier la cuisson) à 180°.

Je me suis demandée si le fait d'avoir utilisé autre chose qu'un moule à cake traditionnel avait modifié la texture. Il a sans nul doute cuit plus vite (25 minutes ont suffi) mais le résultat m'a convenu : moelleux, léger, pas trop sucré (je le craignais un peu parce que 200 grammes de sucre me semblait excessif), et surtout pas très riche en matières grasses ...

Bien sûr avec cette base, tout est possible : un glaçage, l'ajout de pépites de chocolat, un nuage de sucre glace (si on ne craint pas du tout de forcer sur l'indice glycémique). Personnellement je l'ai trouvé délicieux avec une quenelle de sorbet fraise-verveine (que par chance j'avais encore dans mon congélateur).

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)