vendredi 25 juin 2021

Mieux voir pour mieux vivre de Anne Lugon-Moulin

J'ai eu l'occasion de découvrir un livre absolument passionnant, de par son thème et sa manière de le traiter, Mieux voir pour mieux vivre qui a été publié aux éditions Favre.

Anne Lugon-Moulin s'est étonnée que l'ophtalmologiste prescrive systématiquement des lunettes aux verres correcteurs toujours plus forts parce que notre acuité visuelle a baissé. J'ai moi-même subi semblable souci car "trop ça peut être trop" et il est même arrivé que l'opticien soit contraint de revoir la correction à la baisse parce que mon cerveau ne suivait pas. Je signale d'ailleurs qu'un opticien (celui qui vend verres et lunettes) a toute latitude pour le faire.

Elle a aussi 
remarqué que plus on passe de temps devant des écrans, surtout quand ils sont très petits comme ceux des smartphones (alors que celui d'une salle de cinéma ne pose aucun souci) on voit flou lorsqu'on laisse nos yeux regarder au loin. Elle s'est aussi intéressée aux plus de 45 ans qui découvrent la presbytie.
A force de recherches et d'expériences basées sur les travaux du Dr Bates et d’autres praticiens, Anne Lugon-Moulin a élaboré une méthode d’amélioration naturelle de la vue. Ce livre en présente une sorte de synthèse, à laquelle s’ajoutent les observations et techniques développées par l’auteure elle-même. Elle sait l'ampleur du scepticisme d'une partie du corps médical à l'égard du Dr Bates (p. 30) et ne le nie pas.

Elle est prudente à ne pas affirmer que la voie qu'elle a choisie est unique. Néanmoins sa métaphore comparant l'oeil à un organe "corseté" par les lunettes est très intéressant, surtout s'agissant de verres progressifs qui n'offrent pas une très grande largeur de champ.

Les exercices s'inscrivent dans le bon sens. Ils sont réalisables sans grande organisation. Elle décrit comment les faire avec des mots simples. Parfois des codes QR permettent d’accéder à de brèves vidéo tournées sans fioriture et qui permettent de bien comprendre ce qu'il faut faire. Tout est très facile à comprendre, argumenté et je vais appliquer ses conseils … et en rendre compte ici ultérieurement avec honnêteté.

Anne Lugon-Moulin, myope, presbyte et astigmate (trois points communs avec moi), a vu son acuité visuelle se détériorer pour atteindre environ 3/100 à l’âge de 47 ans. Aujourd’hui, après avoir appliqué la méthode à elle-même son acuité visuelle est remontée à 50/100, tandis que sa presbytie et sa sécheresse oculaire ont totalement disparu.

Elle va presque jusqu'à promettre au lecteur de parvenir à se passer de lunettes. Mais elle est réaliste sur l'intérêt de cet objet qui protège de la pollution et d'incidents multiples, en particulier pour ceux qui ont une cornée sensible aux kératites (et c'est encore mon cas). Mais rien n'empêche de porter quand c'est nécessaire des lunettes avec des verres qui ne sont pas correcteurs. Et surtout elle souligne combien on ne prend pas le volant en laissant ses lunettes de vue à la maison.

Ce qu'elle dit de l'usage (abusif) des lunettes de soleil est là encore très intéressant. Son ouvrage est autant destiné aux adultes qu'aux enfants. 

L'auteure est actuellement ambassadrice de la Suisse en Côte d’Ivoire. Sensible également aux arts et aux lettres, elle a déjà publié de la fiction, notamment la nouvelle Le puits. Sa pièce de théâtre, Le ballet mal filmé, fut jouée sur scène à Fribourg (Suisse) et Saint-Louis (France) en 2010.

Mieux voir pour mieux vivre de Anne Lugon-Moulin, Editions Favre

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)