mardi 10 mai 2016

Et pendant ce temps Simone veille!

Il y a des spectacles qui sont plus qu'une distraction. Qui par exemple apportent une vraie réflexion sur des problème de société. C'est le cas de la pièce (très bien) écrite par un collectif de femmes.

Elle est non seulement rigoureusement exacte sur le plan historique (les hommes auraient pointé toute erreur depuis longtemps s'il y avait la moindre faille), mais elle est aussi extrêmement drôle, tant par l'humour des répliques que par le jeu des actrices.

Et pendant ce temps Simone veille! est un hommage à toutes les femmes et à la Ministre de la Santé qui, sous le gouvernement de Giscard d'Estaing, a porté le projet de libéralisation de l'avortement. Une loi d'une autre envergure que celles qui sont débattues en ce moment, même si on veut nous les faire avaler comme emblématiques d'une société en mouvement.

Simone Veil est d'ailleurs venue voir la pièce avec l'émotion qu'on imagine aisément.

Savez-vous que le carnet de chèques a été inventé en 1865 alors que ce n'est qu'un siècle plus tard qu'une femme obtient le droit d'ouvrir un compte en banque et d'exercer une profession sans l'autorisation de son mari ?

Pour "faire tourner " les usines pendant la première Guerre mondiale les femmes n'ont pas eu besoin de l'autorisation des hommes (trop heureux de pouvoir les exploiter). Pourquoi leur ont-elles rendu leur tablier sans mot dire à leur retour. On ne leur accorda rien en remerciement du service rendu. La Libération n'a pas concerné tout le monde.

Il faudra attendre une guerre de plus et la reconnaissance de De Gaulle pour que le droit de vote leur soit accordé dans notre pays. La politique demeurera malgré tout une chasse gardée masculine.

Le féminisme (qui n'est pas l'inverse du machisme) est un mouvement historique qui a été rendu nécessaire en premier lieu par l'éducation. On n'a pas de quoi être fières de nos aïeules mais alors qu'elles clament que les filles sont plus dégourdies que les garçons elles les élèvent dans le culte du foyer et des objets ménagers.

Des images d'archives sont projetées en appui des dialogues. Il est difficile de croire qu'elles sont authentiques tant on a l'impression de voir des clichés. Aucune n'a été recontituée pour la pièce. Tout est vrai.

En 1799 porter un pantalon est un délit. En 1909 l'autorisation est donnée aux femmes à condition par exemple d'être cavalière et cette stupide loi n'est abrogée que le 31 janvier 2013. Je me souviens de la tentative de mon premier employeur m'interdisant l'accès au magasin au motif que j'étais en pantalon.

Je n'étais que lycéenne mais j'avais été très choquée et pour ne pas perdre le salaire de la journée j'ai accepté de porter une jupe de flanelle grise à plis sans craindre le ridicule ni la chaleur (c'était un job d'été).

Et quand j'entends siffler des jeunes filles dans les cités parce qu'elles sont en jupe je me dis que les temps ont changé ... pas nécessairement en bien.

L'avortement était un crime dans les années 50. Pas question d'en parler sur un banc public. Le droit de divorcer est accordé mais le Code civil imposé par Napoléon exige encore l'autorisation du père pour se marier. Quand un homme adultérin est passible d'une amende, une femme risque la prison.
Une chanson marque chaque changement de décennie, On reconnait la musique de Bambino réécrite Ma petite libido par Trinidad. Arrivent les années 70 marquées en Avril 1971 par le manifeste des 343 salopes qui fera la une de Charlie Hebdo.

Les trois comédiennes discutent sur l'air de la série télévisée des Drôles de dames pour évoquer le procès de Bobigny et surtout la loi Neuwirth qui libéralise la pilule contraceptive. En 1975 la loi Veil  autorise l'avortement. L'ONU créé le 8 mars de cette même année la journée internationale de la Femme qui ne sera officialisée en France qu'en 1982.

C'est sur la musique des Rois mages chantés par Sheila que sont racontés les voyages vers des pays libéraux accordant l'avortement. Edith Cresson, première femme Premier Ministre, ne tiendra que 11 mois au gouvernement en 1991. Les jupettes d'Alain Juppé ne feront guère mieux en 1995.

Octobre 1981, autre révolution, médiatique cette fois. Christine Okrent présente le journal télévisé de 20 heures (en alternance avec un homme). Scandale du voile en 1989 aboutissant en 2004 à la loi interdisant les signes religieux ostentatoires. Autre scandale, sanitaire avec la reconnaissance de la dangerosité de 14 000 prothèses en silicone en 2012, faisant dire aux comédiennes que voile ou silicone, les femmes sont toujours dans le désir de l'homme.

Le mariage pour tous marque un progrès mais comme son nom l'indique il concerne les deux sexes.
Les progrès sont pointés mais il reste beaucoup à faire encore dans les années 2010. Les chiffres ne font plus rire. Une femme violée toutes les 7 minutes. On a prôné en 1970 le partage des travaux domestiques mais ce n'est qu'en 1996 qu'on affirma le principe du salaire égal pour un travail égal, sans pour autant l'appliquer puisqu'en 2016 les salaires des femmes sont, à travail égal, inférieurs de plus d'un quart à ceux de leurs homologues masculins.
Il y a encore un bout de chemin à faire pour devenir non pas identiques, mais égaux et complémentaires. Encore avancer et surtout ne pas reculer. Le féminisme doit rester actif mais il peut être drôle et c'est une des qualités de ce spectacle qui a été très applaudi par un public mixte.

Je n'ai d'ailleurs pas entendu une seule critique de la part des hommes. Ce spectacle provoque un enthousiasme et des émotions partagés. Le texte est intelligemment féministe, humain, très humain, et d'un humour très élégant. Il est proposé à la sortie. Le jeu des comédiennes sert le sujet à la perfection.

Et pendant ce temps Simone veille!
De Trinidad, Bonbon, Hélène Serres, Vanina Sicurani et Corinne Berron
Mise en scène et Création lumière : Gil Galliot
Avec Trinidad, Fabienne Chaudat, Agnès Bove, en alternance avec Anne Barbier et Serena Reinaldi
Direction musicale : Pascal Lafa
Textes chansons: Trinidad
Au Studio Hébertot
78 bis Boulevard des Batignolles 75017
01. 42. 93. 13. 04
Jusqu'au 26 Juin 2016
Du mardi au samedi 21h
Le dimanche à 15h

Vous pourrez la voir cet été en Avignon.
Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue sont ©Jogood

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)