vendredi 13 août 2021

Dans ce monde ou dans l'Autre de Catherine Locandro

Le résumé ne m’avait pas « accrochée ». Sans doute parce que j’avais lu peu de temps auparavant l’excellent premier roman de Bénie soit Sixtine de Maylis Adhémar et que je me souvenais parfaitement du choc du film Les éblouis de Sarah Suco. J’ai donc pris mon temps et je dois dire que les premières pages de Dans ce monde ou dans l’Autre ne m’ont pas convaincues. J’ai poursuivi parce que j’ai lu plusieurs livres de Catherine Locandro et que je n’ai jamais été déçue.

Les chapitres suivants m’ont récompensée. J’ai découvert un livre dont les personnages sont très touchant d’humanité. Le thème de la dérive sectaire est admirablement traité du point de vue psychologique, sans insister trop lourdement sur ce qui est pathologique tout en n’ignorant rien des risques.

L’auteure s’est sans doute documentée avec précision car elle décrit la reconstruction avec une rare justesse. La peur de l’inconnu est parfaitement décryptée (p. 56). Il faut des mois avant de guérir des déséquilibres émotionnels et affectifs, retrouver suffisamment de confiance en soi, sortir du repli sur soi et parvenir à se lier de nouveau. Tout ce qui est mentionné à propos du stress post-traumatique consécutif à un séjour sous emprise est justifié, ce qui fait que ce livre est tout à fait recommandable pour un lectorat d’adolescents.

Les relations entre les personnages sont suffisamment développées pour qu’on n’ait pas le sentiment de lire uniquement le témoignage d’une rescapée. Les faits nous sont relatés par un article du Dauphiné Libéré – Édition Drôme / Ardèche Sud, le 28/05/2019 : 
Les forces de police, alertées sur des dérives sectaires, ont dû intervenir hier dans la vallée de la Volane, au lieu-dit Le Hameau. Sur les trente-cinq habitants et membres de la « Nouvelle Arche », trente-quatre, parmi lesquels le gourou et vingt et un enfants, ont été portés disparus. Ne restait sur place qu’une adolescente : dans un état de santé critique, elle serait restée enfermée plusieurs jours sans nourriture dans la salle dite « de Purification ». 

Abigaëlle se réveille la veille de ses 15 ans à l’hôpital, loin de ceux qu’elle considère encore comme « les siens », entourée de « Rampants ». A son chevet, une infirmière, un psychologue er une policière spécialisés dans ce genre d’affaires vont aider la jeune fille à mettre en mots ce qu’elle a vécu, et faire avancer l’enquête. Le lecteur est tout autant impatient qu’elle de savoir si son amie Appeline est encore vivante, dans ce mondé-ci ou dans l’Autre …
La couverture est onirique, tout à fait évocatrice des deux mondes qui s’opposent. On remarque tout au long de la narration des indices dont la discrétion correspond à la lenteur d’une enquête délicate où le respect de la personnalité d’Abigaëlle est essentiel. L’histoire nous est racontée du point de vue d’une adolescente intelligente, qui dispose intuitivement des clés pour comprendre une réalité qu’elle peine légitimement à accepter. On oublie vite qu’on a un roman entre les mains.

Et qui plus est, on a envie de se plonger (ou de relire) dans les recommandations de lecture qui sont faites au fil des pages.

Dans ce monde ou dans l'Autre de Catherine Locandro, Albin Michel, en librairie depuis le 5 mai 2021
À partir de 13 ans

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)