samedi 21 mars 2009

Çà défile chez Françoise D, à Verrières-le-Buissson

Ce printemps ne me verra pas "boutiquer" à Saint-Germain-des-Prés. Je garde un souvenir très fort de la collection automne-hiver de Sonia Rykiel découverte aux Tuileries en février 2008 et qui fut un de mes premiers reportages. Mais il fait trop beau aujourd'hui pour aller s'engouffrer sous une tente.

J'avais envie de voir de vraies femmes porter des vêtements dans lesquels je pourrai me glisser plus tard. Je voulais voir de près de jolis détails, surprendre la surprise dans l'œil de vraies clientes, celles qui achètent et qui font la vraie mode, celle qui descend dans la rue. Me suivez-vous ?Le bleu sera une des couleurs de l'été. Le voici discret, pour tempérer le gris, épicer le chocolat. Les choix de Françoise D se portent comme d'habitude toujours sur des lignes très architecturées.
Une robe à pois ovalisés offre une version raffinée des tendances graphiques annoncées dans les magazines. Après avoir investi l'univers de la décoration, l'influence des designers des années 70 se fait désormais sentir sur les tissus.
De larges ceintures pèsent sur les hanches comme des bijoux, s'inscrivant dans la veine ethnique que les rédactrices de mode aiment par dessus tout. Les colliers sont lourds, bien sûr.


On retrouve le même esprit ethnique avec cette ceinture japonisante, évoquant l'obi traditionnel d'un kimono.







Le soleil chauffe les visages. De grandes lunettes protègeront les yeux. Nous avons de franches envies de plages et de voyages.
La tentation est forte de glisser une trousse de toilettes dans un de ces grands sacs colorés et d'attraper le premier vol.
Les pantalons sont larges et fluides, dévoilant la cheville, parfois le mollet, hésitant encore à muer carrément en sarrouel, autre vêtement phare annoncé pour l'été.
Les robes aussi raccourcissent. Attention, on nous promet de l'ultra-court mais je prévois qu'il y aura quelques résistances. Nous avons tant aimé faire virevolter les grandes jupes longues. Qu'importe, nous ruserons en les portant le soir. Comme celle-ci, évoquant les grands motifs entrevus l'année dernière sur les modèles de Sonia Rykiel. Pas de doute : le prêt-à-porter décline la haute-couture.Malgré un soleil insolent ce ciré gris argent sauvera n'importe quelle souris d'une averse imprévue.
J'ai vu des modèles corail dans la boutique mais ce sont plutôt des roses fuchsias qui ont été présentés. Il faut dire qu'ils étaient complémentaires des tons anis et propres à satisfaire les envies de fleurs et de grands ramages exprimés par les clientes.

L'essentiel de ce qui sera à la mode est de sortie. Ne manquent que quelques bottes pour affirmer un style western, qui se laisse deviner dans le laçage de ce dos, mais cela fait longtemps que Françoise ne fait plus de chaussures. Quelques chapeaux, genre Borsalino auraient convenus. Des vestes à larges épaules et un soupçon de beige rosé, le fameux "nude" qui a tant surpris sur les podiums.

Une spectatrice déshabille presque le modèle qui offre gentiment d'essayer pour elle le boléro qui la tente. Elle se justifie : C'est tout de même mieux de voir les vêtements sur quelqu'un que sur soi dans la glace. On a un œil plus libre.

Les cinq "modèles" ont une vie en dehors de la mode. Elles sont davantage là en amies qu'en vedettes. Au départ (cela fait bien 5 ans qu'on défile deux fois l'an dans la boutique) c'était un challenge de dépasser sa timidité naturelle. L'une d'elles me confie que c'était une façon de se changer les idées par rapport au milieu extrêmement masculin où elle évoluait dans le monde du travail. Cette expérience l'a poussée à sortir du train-train, l'a convaincue de changer de style. Le regard de l'autre lui a donné davantage confiance en elle.
Longtemps limitée aux accessoires, aux sacs, et aux chaussures, Françoise D a décidé un beau jour de sauter le pas et d'ouvrir sa boutique de prêt-à-porter en haut des marches d'un passage discret. La clientèle a suivi comme les enfants du joueur de flute d'Hamelin. Son goût est unanimement apprécié : en plein cœur de l'air du temps, réalisant le pari délicat du raffinement et de la mode, de la classe et du décalage. L'assurance d'avoir un petit plus qui signe son élégance, même sur du sportswear.

.

Le juste nécessaire entre ce qu'on ne verra nulle part ailleurs mais qui sera quand même un peu "osé". C'est à se demander si ce n'est pas l'esprit de Louise de Vilmorin, figure toujours emblématique de la mode, indissociable de Verrières-le-Buisson, qui continue d'inspirer Françoise.

Quelques unes, bien sûr, regardent parfois ailleurs. Mais toutes y reviennent : je voulais un gilet gris cet hiver dans une coupe bien précise. Ne le trouvant nulle part j'ai tenté ici et il était là, à m'attendre. Je l'ai porté tout l'hiver, ne regrettant pas son prix.

La formule inaugurée cette année est moins conventionnelle qu'un classique défilé. Elle est tout à fait appropriée au désir des femmes. Entre deux présentations les mains se tendent. On touche. On discute. On échange les avis. On va décrocher sa taille sur un cintre. On attend tout de même poliment la fin pour prendre possession de la cabine et on rentre chez soi avec son petit sac rose.

Difficile après cela de minauder qu'on a rien à se mettre en ouvrant son armoire.
Françoise D , Prêt-à-porter, Accessoires de mode 11 rue de Paron - 91370 Verrières-le-Buisson tel 01 69 20 35 16
Regards, Opticien, Cécile Supiot 39-41 rue d'Estienne d'Orves - 91370 Verrières-le-Buisson tel 01 60 11 72 75
Toutes les mentions en caractères gras correspondent aux dix points forts des tendances qui feront la mode Printemps-été 2009

1 commentaire:

Laura a dit…

Quel joli reportage Marie-Claire !

Découvrir le style de Françoise D me fait découvrir le vôtre : délicieusement délicat.

On lit, on relit, on savoure une sensibilité qui nous fait voir le vécu autrement, pourquoi pas la vie ?

J'ai beaucoup apprécié notre discussion au détour d'une pause. Porter les vêtements de Françoise bien sûr mais dire tout leur sens avait plus de sens. Merci de cette opportunité de plus pour être vrai et spontané. Vivre tout simplement ce que l'on est et pousser l'enrichissement personnel en sachant percevoir les belles rencontres. A bientôt Marie-Claire

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)