Avignon 2019

Ayant vu plus d'une centaine de spectacles (entre le Festival d'Avignon, le Off et même celui qu'on appelle le If) il n'était pas possible de dédier un billet à chacun, ou sinon, pendant plus de trois mois, il n'aurait plus été question d'autre chose sur le blog.
Impossible par exemple d'attendre le 1er octobre pour publier des chroniques sur la rentrée littéraire !
J'ai décidé de rassembler tout ce qui concerne Avignon sur le mois de Juillet. Etant plus approfondis que ce que j'ai écrit régulièrement cet été sur la page Facebook A bride abattue ces articles sont très longs à écrire. Je m'aperçois en ce début de septembre, alors que je viens de mettre en ligne celui qui est daté du 14 juillet, que je prends trop de retard sur d'autres sujets dont il est important de ne pas différer davantage la parution. C'est pourquoi les chroniques avignonnaises, qui ont en quelque sorte valeur d'archive, vont désormais s'insérer rétroactivement.
Je vous invite donc à scroller régulièrement pour les lire ou à utiliser la catégorie "Avignon" pour les faire apparaître. Ou encore, et ce serait le plus efficace, à entrer votre adresse mail dans le rectangle blanc "Pour recevoir par mail ... etc".

mardi 26 juin 2018

Indéfiniment par Yara Lapidus

Je voudrais partager aujourd'hui avec vous la voix magique de Yara Lapidus, une jeune femme d'origine Libanaise qui vit à vit à Paris depuis l’âge de 18 ans.

Première guitare à l'âge de 6 ans, au moment où son pays natal connaît des événements tragiques. Elle étudiera alors successivement au Caire, Paris, Londres et Boston, s'orientera fugitivement vers la mode, deviendra styliste et lancera sa propre griffe, dont le modèle phare est une série de jeans customisés avec des broderies de l’époque Ming ramenées d’un voyage en Chine.

Mais sa véritable passion la pousse vers la musique avec un premier album en 2009. 

C'est la rencontre avec Gabriel Yared, lui aussi d'origine libanaise, qui sera décisive. D'une part parce que la voix de Yara va formidablement l'inspirer et d'autre part parce que le talent international du musicien est un atout majeur.

La renommée de Gabriel est immense. Si je vous dis qu'il a composé la musique Patient anglais (couronné pour la musique par Oscar, un Golden Globe, un Grammy et un British Award), du Talentieux Mr Ripley et de Cold Mountain. Egalement celle de 37°2 le matin, Camille Claudel et de l'Amant (un César) et tant d'autres encore ... comme Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Depuis toi (piste 1) est immédiatement ensorcelante. Puissante, et envoutante. On sait immédiatement que l'on va être conquis et le second titre Indéfiniment, confirme l'impression ... évidemment.

C'est un grand plaisir de déguster des paroles en français qui expriment si bien toute une palette de sentiments, où il sera toujours question d'amour, mais jamais sous le même angle, sur des musiques variées, faisant une incursion dans le fado avec Saudade de Você (piste 3). Yara s'autorise avec succès quelques mesures en libanais avant de poursuivre dans notre langue pour Ilalabad (piste 4).

La fantaisie et l'humour se faufile aussi avec le très dansant No no no no t'en fais pas (piste 5).I l émane une grand douceur de l'ensemble de l'album. Aucune musique ne  ressemble à une autre. L'artiste s'autorise même de commencer  Un matin sans toi (piste 9) a capella. On a le sentiment d'une chorégraphie musicale entre la voix et les instruments.

Elle s'achève avec un duo entre les deux artistes qui enlace leurs voix pour Encor encor (piste 11). Les cinéphiles reconnaitront la baseline de C'est le vent Betty (un des morceaux du film culte de 1985, 37°2, que Gabriel Yared avait créé à partir de Doctor Gradus ad Parnassum, figurant dans Children's Corner Suite de Debussy parce que c'était le morceau sur lequel Jean-Hugues Anglade était en train de s'exercer à apprendre le piano.

Entendre la voix de Gabriel Yared est rare. Elle s'accorde très bien avec celle de Yara. On espère que tous les deux c'est pour la vie et que d'autres albums suivront.

Le pari est amplement gagné pour Yara Lapidus d'avoir réussi à poser des textes sur les mélodies que Gabriel a composé pour elle et qui illustrent à la perfection toutes les facettes de son timbre de voix. Ses textes semblent avoir été écrits antérieurement. On ne soupçonne pas qu'il fallut deux années d'écriture pour atteindre un tel résultat tant il semble "évident".

Enregistré avec quarante-trois musiciens dans les mythiques studios d’Abbey Road, la réalisation de l'album ne pouvait qu'être absolument parfaite.


Indéfiniment
Sortie de l'album le 25 Mai 2018 chez Yara  Music / L’autre Distribution
Musique, réalisation Gabriel Yared
Paroles Yara Lapidus
Production Yara Music
Éditions Deva Music

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)