vendredi 13 avril 2018

Perrine Perez, Celle qui a dit non

C'est avec une certaine émotion que je suis allée voir Perrine Perez puisque je savais que les Feux de la Rampe allaient fermer dans les tout prochains jours. Les quatre salles de ce théâtre accueillaient des artistes qui auront un peu de mal à faire programmer ailleurs leurs spectacles du jour au lendemain.

Si l'humoriste est un peu celle que nous voyons sur scène elle devrait rapidement rebondir. En prononçant un simple mot, "non", le jour de son mariage, son personnage s'est retrouvé sans mec (une évidence !), sans maison, sans boulot, sans argent mais ... libre !

C'est le parcours tumultueux et drôle d'une jeune femme qui prend enfin sa vie en main qu'elle nous raconte sur scène avec ce qu'il faut d'autodérision pour être d'emblée sympathique.

Ça commence bien ... avec les trompettes de la marche nuptiale de Mendelssohn  qui se reconnait aux premiers accords. Sauf que c'est plutôt la chanson de KT Tunstall (Black Horse And The Cherry Tree) qui mériterait de figurer dans la play-list de la cérémonie. Car dès que la jeune femme est invitée à s'exprimer elle lâchera un tonitruant On s'en fout qui a du plomber l'ambiance le jour J. Et générer un peu de désordre dans l'assemblée.

Elle fait défiler une galerie de personnages très typés, parmi lesquels sa grand-mère emphysémateuse au dernier stade, mais néanmoins adepte des speed-datings, un père baroudeur, une petite soeur, une mère qui a la voix de Fanny Ardant ... le tout sans aucun accessoire, si ce n'est un costume de cafard dont elle se débarrasse si vite qu'on jurerait qu'elle a suivi un stage auprès d'Arturo Brachetti.

C'est l'école du One man show, parrainée par Anne Roumanoff, qu'elle a faite, en parallèle de son travail et elle a commencé prudemment  en multipliant les scènes ouvertes. Lors d’un showcase au Feux de la Rampe, en 2015, elle rencontre Csaba Zombori, avec qui elle écrira le spectacle en s'attachant à raconter une histoire en puisant dans son propre vécu mais aussi dans les idées qu'elle note dans un carnet depuis des années. Elle peut alors lâcher un job où ce qu'elle aimait c'était plus ses collègues que le contenu de sa mission.

La morosité n'est pas de mise avec elle, bien au contraire. Ses mésaventures nous font rire et nous réjouissent. Elle démontre que dire non revient à dire oui ... à tout le reste.

Son rapport au public semble couler de source. Elle parle vite, change de voix avec une apparente facilité mais elle ne perd pas de vue chaque spectateur avec qui elle est capable d'interagir. A la toute fin du spectacle, manifestemetn émue, c'est elle qui nous filme avec son portable pour immortaliser l'instant.

Souhaitons à cette enfant des Feux de la rampe d'être sollicitée très vite par une autre scène. Un talent comme le sien ne doit pas rester caché très longtemps. D'ici là nous la suivrons sur les réseaux sociaux.
Celle qui a dit non
Ecrit par Csaba Zombori et Perrine Perez
Mis en scène par Csaba Zombori
Avec Perrine Perez
Au Théâtre les Feux de la Rampe, 34 rue Richer 75009 Paris
Tous les vendredis à 21h30
(en attente d'un accueil dans une autre salle)

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)