vendredi 10 août 2018

Louise de Grégory Barco

Nicole Calfan était assise sur un lit, en nuisette d'un noir profond, tournant le dos aux spectateurs pendant leur entrée dans la salle. Elle se retourne, se lève, s'approche de la table de maquillage. Tu mettrais pas un peu de musique ? J'aime quand ça claque.

Sa voix est grave. Les paroles résonnent : J'ai tant de choses à dire.

Serge Reggiani semble lui donner la réplique : La femme qui est dans mon lit n’a plus 20 ans depuis longtemps… Cette superbe chanson mise en musique par Georges Moustaki a inspiré le spectacle à Grégory Barco qui écrit là sa troisième pièce. Il y parle des femmes de sa vie à travers ce personnage de Louise .. qui -elle- parle des hommes de la sienne.

La femme raconte le souvenir d’un père gendarme français, très autoritaire, et contraint de participer à la rafle du Vél d’hiv. Elle connait le coup de foudre, furtivement, et se confie aussi sur la mort de son seul enfant, un fils qu’elle a beaucoup aimé. Sa mère nymphomane sera son modèle et elle glissera dans la prostitution. Les souvenirs avaient commencé avec légèreté en interpelant le public mais ça bascule assez vite. Tout y passe, ses amis, ses amours ... le bon comme le mauvais.

La comédienne rêvait de "faire" Avignon dans une forme de romantisme, en référence aux grandes figures du théâtre qui ont marqué le festival. Jouer dans le off, dans une salle comme celle de l'Arrache-coeur, doit la combler par la proximité avec le public.

Elle installe son personnage à la frontière entre le jeu et l'improvisation, dans un jeu toujours juste qui laisserait presque entendre qu'elle est elle-même cette Louise. Une femme d'une soixantaine d'années, toujours magnifique, qui se livrera sans tabou mais avec pudeur, y compris quand elle raconte son métier d'étoile de mer...
L’un après l’autre, chaque homme de sa vie vient lui rendre visite, tous incarnés par Bertrand Degrémont. Les faire interpréter par un seul acteur leur confère un statut de fantôme en donnant ainsi la mesure du temps passé et de celui qui passe, inexorablement, justifiant qu'à la toute fin on réécoute la chanson de Sarah en compatissant à chacune de ses blessures et de sa solitude grandissante qui la pousse à dire et redire chaque soir ses souvenirs :
Cette bohème-là, c'est mon bien, ma richesse (...)
N'y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes

Après être descendue sur Avignon, Nicole souhaite maintenant que le spectacle monte sur Paris. On souhaite au public parisien de ne pas être privé de ce beau moment de théâtre.
Il faut aussi signaler que Bertrand Degrémont et Grégory Barco jouent aussi cet été sous la direction de Pierre Notte dans Noce de Jean Luc Lagarce au Théâtre du Roi René.

Louise écrit et mis en scène par Grégory Barco
Avec Nicole Calfan et Bertrand Degrémont
Du 6 au 29 Juillet 2018 à 17h 05
(Relâche le 15 Juillet)
A l’Arrache Cœur • 13 rue du 58ème R.I (Porte Limbert) • 84000 Avignon • Tél : 04 86 81 76 97
Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue sont de Benjamin Tholozan

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)