vendredi 22 mars 2019

Valparaiso, le nouvel album de Karpatt


(mis à jour le 19 mai 19)

J'ai un coup de coeur pour Karpatt, une bande de 3 copains, qui promène leurs chansons depuis bientôt 20 ans. Ils en ont fait du chemin, des salles Parisiennes aux plaines du Kazakstan en passant par le off du Carnaval de Venise, des festivals ardéchois aux plages indonésiennes, du froid du Nord aux chaleurs sud-américaines.

Ils font partie de la grande famille de la chanson française, aux côtés des Têtes Raides, de Mano Solo ou de La Grande Sophie avec qui ils ont d'ailleurs collaboré. Leur dernier album, le septième album studio, sortira le 29 mars, et s'intitule Valparaiso.

Valparaiso a déjà été célébrée par de nombreux artistes, comme Sting et Pauline Croze. Le mot signifie La Vallée du Paradis. C'est une petite ville chilienne colorée et festive, bordée par la mer, et cette ville a inspiré l'album.

Les musiciens lui consacrent une chanson spécifique Valpo (piste 3) dont l'introduction vous rappellera la musique d'une publicité pour un café qui est restée dans nos mémoires. Ils chantent une ville verticale qui va de la mer aux étoilesune ville un peu bancale qui se dévoile en diagonale et qui a comme un parfum d'Espagne sous ses couleurs de Carnaval, mais aussi qui cache ses douleurs et ses drames sous les teintes vives de ses façades.

Valparaiso c'est aussi le titre d'une très jolie chanson, qui est la piste 6 pour être précise, sur laquelle personne ne s'arrête dans les médias, et qui est pourtant à mes oreilles une des chansons d'amour les plus romantiques que j'ai entendue et que j'avoue écouter en boucle : 
(...) Je vole vers une île où je sais que tu n'es pas.
j'approche d'un bout de terre qui restera désert de toi.

Le chanteur exprime que cet homme amoureux pense à chaque instant à la femme qu'il aime, malgré la distance qui est immense : Chacun à son bout du monde, on pense à l'autre qui n'est pas là ... et c'est très beau, d'autant que le rythme de la chanson est marqué par un swing qui me fait penser à la démarche chaloupée qu'une femme peut avoir, perchée sur des talons, quand elle rentre de fin de soirée en s'appuyant sur l'épaule d'un ami.

L'album est avant tout un hymne au Chili. Mais aussi à la France, avec humour dans Cucurico (piste 12) en démontrant que la France est belle quand elle a l'accent chilien ... le temps de la fête du vin. 

En réalité ils célèbrent toute l'Amérique du Sud. C'est sans doute pour cela que l'album commence avec Panaméricaine qui nous balade du Nord au Sud de la Cordillère des Andes tout en lançant des regards vers l'Europe centrale. Le voyage s'annonce joyeux. Le trio est prêt à sillonner le monde entier priant toutefois de ne pas croiser dans un virage la muerte dans un dérapage qui viendrait embrasser le pare-choc dans la nuit.

On poursuit avec Chinchinero (piste 2) qui est un hommage aux danseurs des rues sur des intonations groovy. On ne serait pas surpris de voir Bernard Lavilliers intervenir. Et c'est le guitariste Gaétan Lerat qui prend le lead vocal pour la première fois sur une de ses compositions dans Valpo (piste 3) en alternant le français et l'espagnol, qui est la langue parlée par presque tout le monde au Chili.

La musique donne furieusement envie de danser. Malgré les soucis, les douleurs, les inquiétudes comme les menaces incessantes de tremblement de terre qui sont au coeur de Secousses (piste 7). La mélodie est posée sur une cumbia qui est un genre musical et une danse née au XVIIᵉ siècle en Colombie, et qui s'est répandue en Amérique du Sud. La cueca (piste 9) est quant à elle la danse traditionnelle chilienne des huasos. Elle est aussi la danse nationale de la Bolivie et d'Argentine. On entend les tambourins qui marquent la cadence comme les auvergnats tapaient du pied dans une bourrée traditionnelle.

C'est sûr que le groupe Karpatt va vous donner envie de danser ! Ce n'est pas un hasard si un titre s'appelle la Fiesta (piste 10). On danse avec tout le monde, même avec les morts.  Le trio s'amuse à composer une chanson en adaptant un conte populaire chilien. C'est 3 soeurs (piste 16) écrite avec fantaisie pour apporter de la dérision.

Ne croyez pas que l'album baigne dans une joyeuse insouciance. Karpatt n'oublie pas ceux qui ont subi la dictature et chante avec Bicicleta, (piste 14) leur espoir dans une sorte de sérénade adressée à Violetta Parra, célèbre artiste chilienne qui a popularisé la musique traditionnelle du Chili à l'étranger. Il pense aussi à ceux qui ont peur de son retour (Un chien nous a suivipiste 17), et à la dernière minorité d’Indiens encore présente au Chili (La mine, piste 13), les autres ayant été exterminés, et de ceux qui ont fui le Chili dans L’exil, (piste 15) avec le constat tristement universel qu'être encore vivant c'est déjà ça.

Il faut écouter ce texte parlé de Enfermée (piste 8), soutenu par l'harmonica d'Eric Durlach pour cette émouvante chanson qui parle d'une femme : c'était couru d'avance, bouffée par la violence elle ne sortirait plus.

Aux guitares de Gaétan Lerat et à la contrebasse d’Hervé Jegousso viennent se greffer les trombones de Kropol (Têtes Raides) et les trompettes de Brice Moscardini (Zoufris), le piano à queue de pan de Richard Lornac, l’harmonica d’Eric Durlach, ou encore les percussions de Daniel Bravo (Tryo) ou Nicolas Gerbier. Une panoplie d’invités, de France et du Chili dont les flûtes du célèbre groupe Chico Trujillo, qui se complète par des voix additionnelles, notamment celle de Flavia Coelho, qui interprète seule Mela Cumbia (piste 5).

Le trio nous emmène loin avant de revenir en douceur à Paris, pour évoquer aussi les terribles événements de Charlie Hebdo ou du Bataclan. Cantolibre (piste 18) clôture l'album avec un chant empli malgré tout d’espoir et d’une foi inébranlable en l’être humain et termine sur un élan positif.

Quand on lui demande de caractériser ses sources d'inspiration Fred Rollat répond : engagement et légèreté. Vie quotidienne et abstraction. Romantisme et trivialité. Avec un sourire communicatif et un regard positif sans jamais oublier de dire gracias a la vida.

Karpatt sera en concert au Café de la Danse le 30 mars prochain en compagnie de plusieurs artistes invités. La tournée est programmée jusqu'en novembre 2019 et fera une halte le 1er juin prochain aux Guinguettes de l'Yvette à 22 h 30 (et le concert sera retransmis en direct par Needradio.fr).

Je suis sûre que vous passerez une soirée inoubliable en leur compagnie et que vous ne vous lasserez pas d'écouter les 18 titres de cet album si généreux qui donne tant envie de voyager, de danser et d'aimer !

Valparaiso du groupe Karpatt
Paroles Frédéric Rollat, Musique Karpatt (Frederic Rollat/ Hervé Jegousso / Gaetan Lerat)

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)