mardi 17 septembre 2019

L'affranchie de Pauline Moingeon Vallès

J'aurais voulu voir L'affranchie pendant le festival d'Avignon mais mes horaires de travail n'étaient pas compatibles avec celui du spectacle qui, hasard de la programmation, était à l'affiche à la rentrée au Théâtre de Nesle.

L’Affranchie est l’histoire vraie d’une renaissance, celle d'Alice Albert. A 4 ans, Alice perd sa mère. Elle est alors adoptée par une femme qui a aussi élevé Vincent, ce frère d’adoption avec qui Alice partage un amour fusionnel. A 13 ans, elle tombe enceinte. Elle qui depuis toujours écoute le monde de tout son corps va être internée par cette mère qui n’a jamais su appréhender les singularités d’Alice et qui craint maintenant les préjugés. Aujourd’hui, Alice à 36 ans. Elle recouvre sa liberté et donne rendez-vous à son fils, Nim, qu’elle n’a pas revu depuis leur séparation quand il avait un an. C’est dans l’attente de ce fils qu'Alice se livre à nous et nous offre la parole libératrice et lumineuse d'une femme qui s'éveille. Enfin.

C'est un monologue, mais Pauline Moingeon Vallès, qui en est aussi l'auteure, parvient à faire vivre tous les personnages. Quand elle dit qu'elle a commencé à écrire comme un grand courant d'air le spectateur s'interroge - et je crois qu'il a raison : est-ce l'auteure ou l'interprète qui s'adresse à lui ?

Comme elle est touchante de s'appliquer à suivre l'injonction du philosophe Alain : c'est un devoir envers les autres que d'être heureux. Comme le chemin fut long. On ne peut qu'être touché par l'hypersensibilité qui se dégage du texte et de son interprétation.

Les références aux entretiens cliniques s'enchainent et témoignent d'un passé ponctué d'épisodes difficiles à vivre, même s'il est vrai que la mélancolie c'est le bonheur d'être triste (Victor Hugo). 

La bande-son est choisie avec soin, entre l'Ave Maria interprété par Nana Mouskouri, Sound of Silence de Simon et Garkunkel et J't'Emmène Au Vent de Louise Attaque, le sujet de Pauline Moingeon-Vallès est bien éternel, et pas le moins du monde artificiel. Elle a écrit son texte à partir de témoignages et elle termine avec une chanson qui révèle un autre de ses talents.

Beaucoup d'autres spectacles traitent de la résilience. Celui-ci est particulièrement juste et émouvant. Saluons aussi la mise en scène de Elise Touchon-Ferreira.
Le spectacle a été créé par la Compagnie Z.U.T. (Zineb Urban Théâtre), codirigée par Pauline Moingeon Vallès et Élise Touchon Ferreira, et qui s’installe à Montreuil (93) en 2015. Elle prend alors une nouvelle orientation pour œuvrer en priorité auprès d’un public de quartier en proposant des ateliers artistiques, éducatifs et culturels. ZUT souhaite multiplier les liens avec des structures porteuses de projets autour de l'aide sociale à l'enfance, des structures artistiques qui souhaiteraient développer des ateliers d'écriture autour de sujets sensibles.
C'est peut-être un détail mais la comédienne avait réalisé des cookies à l'intention du public le soir d cela dernière représentation, témoignant de sa sensibilité. et de son sens du partage.

L'Affranchie
De et avec Pauline Moingeon Vallès
Mise en scène de Élise Touchon Ferreira
Le 6 et le 10 septembre 2019 à 19 heures
Au Festival 7.8.9 du Théâtre de Nesle
8 rue de Nesle - 75006 Paris

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)