Publications prochaines :

Comme promis les 70 articles des spectacles vus aux festivals d'Avignon In, Off et If ont été publiés (mois de juillet). Arrivent maintenant les critiques de la rentrée littéraire (mois d'août). Merci de votre patience …

mercredi 13 juillet 2022

Courgette dans la mise en scène de Pamela Ravassard au Théâtre des Béliers (Avignon 2022)

Je ne pouvais pas manquer la nouvelle mise en scène de Pamela Ravassard, intitulée Courgette.

D’abord parce que je connais bien cette histoire, écriture par Gilles Paris, publiée sous le titre de Autobiographie d’une Courgette, que j'ai bien entendu chroniquée en son temps sur le blog ainsi que Ma vie de courgette qui est le film qui en a été adapté et qui a été couronné par deux césars en 2017.
À la suite d’un accident familial, Icare, alias Courgette, se retrouve dans un "foyer pour enfants écorchés", où il rencontre Simon, Ahmed, et la mystérieuse Camille. Ils vont apprendre à se construire, au cœur de l’enfance, là où le jeu et la poésie deviennent une nécessité.
Nul besoin de sortir mon jeu de tarots pour prédire un feu d’artifices de louanges à Pamela Ravassard pour Courgette qui sonne comme le nom de code d’un IMMENSE succès.

Gilles Paris peut prévenir son éditeur : il faut relancer la ré-édition de Autobiographie d’une courgette, que le film césarisé (et nominé aux Oscars) avait déjà ramené sous les feux de l’actualité.

J’ai beau très bien connaître le livre, et le film, j’ai encore pris un énorme plaisir à cette version qui est plus que théâtrale puisque la metteuse en scène a choisi de la traiter sous la forme d’un spectacle musical en s’adressant à un public familial.

Adultes et enfants peuvent se réjouir d’aller ensemble au Théâtre des Béliers pendant ce festival Off Avignon à 10 h et souhaitons que le public parisien puisse en faire tout autant à la rentrée.

Toutes les familles sont différentes. Vole Eddie vole en met une assez particulière à l’honneur au Théâtre Buffon (j’en disais beaucoup de bien hier). Celles des enfants placés aux Fontaines sont dysfonctionnantes chacune à leur manière mais la bienveillance d’adultes sera réparatrice. Jolie manière d’aborder le thème de la violence sans effrayer. Le recours à la musique va adoucir les mœurs de tout ce petit monde.

Le public approuve et ponctue de ses rires : Des fois, les grandes personnes, ça écoute que dalle ! (…) Des fois, ça fait mal les questions.  (…) Quand on a peur de quelque chose faut penser à autre chose sinon on a peur toute sa vie. Le conseil vaut pour tout le monde. Et si ces enfants sont cassés, ils sont réparables, voilà l’essentiel.

On se rend à peine compte que chaque comédien, hormis Courgette, endosse le costume de plusieurs personnages (mention spéciale aussi précisément aux costumes de Hanna Sjödin, et au décor de Anouk Maugein qui a conçu une rampe d’escalier modulable en montagnes russes). 

Le travail de direction d’acteurs est remarquable. Avoir choisi des artistes qui soient aussi musiciens apporte une dimension supplémentaire. On adore ces moments musicaux comme A la belle Fontaine, revue et corrigée version décapante et rock. Mais le spectacle se terminera dans le dépouillement avec "juste" la voix (si merveilleuse) de Vanessa Cailhol a capella, tout simplement. Si je spolie la fin c’est pour la bonne cause parce que le public a bien failli applaudir trop tôt, sur la réplique : Y a pas que le coeur des enfants qui a besoin d’être recousu.

J’arrête les compliments. Il faut que je vous parle d’autres temps forts de la journée mais ne me dites pas que je ne vous aurai pas prévenus de ne pas louper cette Courgette. Avec aussi Florian Choquart, Lola Roskis Gingembre, Vincent Viotti, et Garlan Le Martelot que j’avais déjà tant aimé dans Venise n’est pas en Italie dans ce même théâtre en 2019.

Courgette d’après le roman de Gilles Paris, Autobiographie d’une Courgette
Adaptation Pamela Ravassard et Garlan Le Martelot 
Mise en scène de Pamela Ravassard
Avec Vanessa Caillhol, Florian Choquart, Garlan Le Martelot, Lola Roskis Gingembre, Vincent Viotti

Spectacle vu le Mercredi 13 juillet 2022 au Théâtre des Béliers. Article rédigé après mon retour, à partir de mes notes et des publications faites chaque jour sur la page Facebook À bride abattue, rendant compte des spectacles vus la veille, aussi bien dans le In, que le Off ou le If. Les meilleures photos de la journée étaient publiées sur mon compte Facebook Marie-Claire Poirier peu après dans la matinée.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)