Publications prochaines :

Comme promis les 70 articles des spectacles vus aux festivals d'Avignon In, Off et If ont été publiés (mois de juillet). Arrivent maintenant les critiques de la rentrée littéraire (mois d'août). Merci de votre patience …

lundi 18 juillet 2022

Le jeu d’Anatole au Théâtre de l’Arrache-coeur (Avignon 2022)

Je ne l’avais pas vu au Lucernaire et je n’avais visionné que quelques extraits (avant de voter pour Les Trophées de la Comédie Musicale).

Le jeu d’Anatole ou les manèges de l’amour se joue et se chante à 15 h 15 à l’Arrache-Coeur.

C'est un récit sans commencement ni fin, qui tourne comme une valse de Vienne.

C'est dans la capitale autrichienne qu'Arthur Schnitzler nous embarque pour nous faire vivre cinq histoires d'amour à cinq époques différentes, 1010, 1930, 1950, 1970 et enfin 1990.

Les épisodes chantés et/ou dansés s'insèrent dans un dialogue qui réjouit les spectateurs, qui rient et applaudissent régulièrement.

On reconnait des airs célèbres, comme la Barcarolle, l'air du Brésilien, la lettre de Péricole, avec de nouvelles paroles et revus en version jazz, rock psychédélique et même Rhythm & blues. Les histoires se répètent et se font écho.

Aimer n'est pas gage de fidélité, revendique Anatole.

La troupe a été ovationnée par un public déchainé qui ne juge pas du tout les aventures de ce Casanova compulsif. La musique d’Offenbach adoucit les mœurs !

Juste après, à 17 h, toujours au même endroit, se produit Patrice Mercier, dit Patruche Mercier, que j‘avais applaudi en 2019. Il exécute un spectacle de poésie satirique, des Mélodies chroniques qui, d’année en année, égratignent toujours insolemment l’actualité en musique.
Le jeu d’Anatole ou les manèges  l'amoure de Tom Jones, Jacques Offenbach, Nancy Ford
D'après Arthur Schnitzler
Adaptation : Stéphane Laporte
Mise en scène : Hervé Lewandowski
Avec Gaétan Borg, Mélodie Molinaro, Yann Sebile, Guillaume Sorel, Jonathan Goyvaertz
Direction musicale : Sébastien Ménard
Costumes : Julia Allègre
Scénographie : Natacha Markoff
Lumières : Denis Koransky
Création sonore : Geoffrey Bouthors

Spectacle vu le Lundi 18 juillet 2022 au Théâtre de l’Arrache-coeur. Article rédigé après mon retour, à partir de mes notes et des publications faites chaque jour sur la page Facebook À bride abattue, rendant compte des spectacles vus la veille, aussi bien dans le In, que le Off ou le If. Les meilleures photos de la journée étaient publiées sur mon compte Facebook Marie-Claire Poirier peu après dans la matinée.

Pour accéder aux photos, suivre le lien :

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)